RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
Jakclin
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 
L'allée de la vie !



mem_normal HORS LIGNE

Femme
France





MEMBRE DEPUIS: 04/21/2012
SIGNE ASTROLOGIQUE: Bélier
DERNIÈRE CONNEXION: 09/19/2018 15:05:25






Pas de sujet
Mes sujets: 0  Sujet anonyme: 0
Voir plusVoir plus

De: Privé
De: Privé
De: Privé





Qui osera ?

Dans cet endroit impersonnel
Où l’on flotte dans l’irréel
Repose un corps décharné
Le visage pâle, ravagé…
Anéanti par la douleur
En proie à une atroce peur
Inerte, paraissant sans vie
Il n’est plus qu’un corps en survie,
Qui sollicite l’éternel
De le rappeler vers le ciel;
Mais point d’écho à sa supplique
Ni la moindre "potion magique"
Pour soulager son corps meurtri
Il n’est plus que "douleur et cri" ;
Ce corps usé d’avoir lutté
Voudrait partir avec dignité
Mais seul ne peut franchir ce pas
Il espère… Qui osera ?
Jacqueline. L (texte protégé
(placé sur mon pps: réflexion sur l'euthanasie)

Râ est mon ami…


Quand le jour repousse la nuit
Les étoiles s’éteignent sans bruit,
Le soleil croise la lune
Qui s’éclipse sans rancune
Pour se mirer dans L’océan
Sur un autre continent...

Tandis que l’astre radieux
Embrase l’horizon soyeux
Et chasse dans les profondeurs
La timide et pâle aurore;
Je reçois sur le visage
Ce doux et matinal hommage,
La caresse satinée d’un rayon
Qui se prenant pour cupidon
Darde sa flèche lumineuse
Pour réveiller la paresseuse.
Je m’étire voluptueusement
Sans craindre cet insolent,

Qui chasse les ténèbres
Et dédaigne la belle Phèdre…
Moi je redoute les dieux
Ils sont présomptueux
Mais Râ est mon ami
Il me réchauffe après la nuit

Et ses rayons familiers
Partagent mon intimité
Lui qui domine tout l’univers
Me pousse à quitter mon univers
Son ardeur perpétuelle
Quelque part m’interpelle
Je suis sous la dominance
De son ardeur et son arrogance

Jacqueline.L
(texte écrit pour une revue artistique et littéraire)

Passer de l'enfance sans souci celui d'enfant lésé cérébral profond...


Le corps de mon enfance
Celui qui avait ma confiance
S’est envolé vers le ciel…
Comme une belle étincelle !
Depuis, dans cet espace infini
Brille une partie de ma vie…

Oui, je me suis transformé,
Lors d’une belle soirée d’été
Car mon ange, ce bel étourdi
Avait ce jour-là omis
D’empêcher le malin
De me lancer au loin.

Depuis…oui, depuis…
Ma bouche est close
Et mon corps est en "pause"…
Je suis cet autre "moi"
Qui croise fort les doigts
Pour sortir de sa nuit…

Je sais la chance capricieuse
Et quelque peu paresseuse…
Alors seul, je croise le fer
Pour gagner "ma guerre"

Contre cet inconscient
Qui m’a supprimé le "temps".
Celui de vivre ces bonheurs
Qui s’enfilent dans les heures !

Ma bataille sera victoire
Çà, vous pouvez m’en croire !
Je suis le "régiment de l’espoir" ;
Celui qui n’a d’autre gloire
Que de trouver un ange plus sérieux
Qui le protègera et le rendra heureux !

Jacqueline, L (A mon petit-fils)
texte protégé

La petite Lorraine

Tranquille dans ma petite sphère
Loin des soucis de la terre
Me croyant à l’abri de la peur
Je vivais mes plus belles heures…

Arriva ce chambardement
Où, sans le moindre ménagement
Je fus contrainte au voyage
Sans préparation ni bagage,

Solitaire petite fleur
Tourmentée par la frayeur
J’allais vers l’aube de la vie,
Celle qui à jamais unit
Du début jusqu’à la fin.
Chaque être à son destin.

Hurlant de peur et de colère
Je débarquais sur cette terre
Au son du tocsin et du canon...

Pourquoi ne suis-je plus embryon
Ou fœtus dans ma bulle tempérée ?

Je craignais d’ouvrir les yeux,
Tant le monde me paraissait hideux…
Le bonheur était en sommeil
Et les nuages cachaient le soleil
Dans cette pauvre Lorraine
Où un ballet de haine
Déchiré deux nations
Rêvant de possessions…

J’appris que j’étais germanique
Cela semblait plutôt tragique
Quand connaître-je mon père
Lui qui se trouvait à la guerre ?

La liberté et sans prix
Mais la posséder à un prix
Les premiers pas de mon enfance
Auront la marque de l’espérance
En majuscule dans mon cœur
Mais sa réalité resta un leurre

La France sera mon pays
Quand la guerre sera finie
Et que je balbutierai son nom

Jacqueline. L (A ma mère)
Texte protégé














PARLER A MON PERE, C'EST CE QUE VOUDRAIT CELINE DION. COMBIEN SOMMES-NOUS A SOUHAITER QU'UN TEL REVE SE REALISE ?
6 juin 1944 LE DEBARQUEMENT EN NORMANDIE. SOUVENONS-NOUS !
LE COEUR D'UNE MERE (PAR EL CHATO) UNE SUPERBE CHANSON POUR LA FETE DES MAMANS
DOUCEUR DES AMOURS ENFANTINES..TOUCHANTS, ADORABLES, SPONTANES. LA DOUCEUR EMANE DE CES ENFANTS COMME UNE SOURCE FRAICHE. A VOIR POUR LE PLAISIR !
EN CETTE JOURNEE INTERNATIONALE DE L'INFIRMIER (E). Un petit clin d'oeil à ces soignants de l'ombre...
[ Voir tous mes pps ]




BATS-TOI ! (Jacklin) en ce jour de lutte contre ce fléau: le cancer ...
Sur la crête bleuie du Linge 14-18
Les mamans oubliées
Verdun ton nom résonne comme un glas.14-18 (Jacqueline.L
L'enfant soldat de Jacklin
[ Voir tous mes poeme ]


Les quatre saisons de notre vie (Jakclin)
Pour les mamans d'enfants handicapés
Lettre ouverte à une personne sans abri
[ Voir tous mes belleschoses ]







La retraite c’est…

Voir poindre l’aurore
Sans aucun remords
Regarder l’heure
Sans la moindre peur
Pouvoir, en toute liberté
S’asseoir et s’écouter
Attendre demain
Sans ombre ni chagrin
Oublier les tourments
Aimer la vie autrement…
Préserver son humour,
Au fil des jours
Maintenir sa forme
En refusant des normes.
Découvrir la paresse
Dans toute sa largesse
Oublier les chaînes
Qui n’en valent la peine
Regarder et "entendre" la vie
Sans le moindre "à priori"
Oublier de se prendre au sérieux
Pour être pleinement heureux !

La retraite c’est…tout le bonheur que l’on s’octroie !

Jacqueline. L (texte paru dans les Cahiers Francophones)



Jakclin a 49 ami(e)s


Aucun ami commun





CLIQUEZ ICI POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE DANS MA PAGE




*** Ma Planète ***