RÉSEAU PLANÈTE QUÉBEC : Planète Québec - Ma Planète - Planète Généalogie - Planète Cuisine
ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
Retureau
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 
BIENVENUE dans mon univers



mem_normal HORS LIGNE
Marylise Retureau
Femme
53 ans
Garéoult (Toulon)
France

Aujourd'hui, je me sens.. de bonne humeur de bonne humeur
En ce moment… J'écris : je m'intéresse à tout et je fais partager mes avis, sujets divers pour qui ça intéresserait.












MEMBRE DEPUIS: 03/23/2010
SIGNE ASTROLOGIQUE: Lion
DERNIÈRE CONNEXION: 12/03/2017 18:59:42






Liste des nouveaux sujets Réponses Vues
May 26 2011, 7:36 pm par Retureau
1 546
Mar 23 2011, 1:55 pm par Retureau
0 592
Mar 19 2011, 2:55 pm par Retureau
1 1740
Mar 15 2011, 2:07 pm par Retureau
0 404
Mar 15 2011, 1:26 pm par Retureau
0 181
Mes sujets: 30  Sujet anonyme: 0
Voir plusVoir plus

De: Privé
De: Privé
De: Privé
De: Privé



03/18/2014 17:38:29
08/13/2011 14:11:48
08/13/2011 13:30:21
08/08/2011 19:29:16




LE COEUR SUR LA PATTE, Diudi, LES AMIS (ES) DE JACQUES BREL, BLASONS, LES "MORDUS" DE JAZZ



COCO CHANEL



IRREALITE


"Il pleut sur mon jardin,
Il pleure sur mon pays,
Mes roses ont du chagrin,
Bonjour les amis
Là-haut, le ciel est gris
Mais mon âme sourit
Car au bout du jardin
M'attendent des amis
Pour un jeu de cache-cache
Plumes et brumes se confondent
Je suis dans cet espace
Qui me lie, immergée,
Je flotte dans ce monde
Dans lequel je suis enfoncée
Dans la nuit, un voile de douceur
Efface des vagues de brume,
Lentement disparaissent
Perles d’eau, son de plumes
Les silhouettes apparaissent
Mon amie la lune
M’aide au jeu de la séduction
Puis les oiseaux s’éveillent
Mes yeux s’émerveillent
Je m’étire doucement,
Je suis attentive aux mouvements."

(Mise en forme : L.M. juillet 2011 -
Texte :Cathi et Nicky "Bassimont" - Ma Planète)







Écrire des poèmes, lire, mettre en ligne des articles sur mes blogs (5), faire des promenades, les magasins (shopping), vélo, conduite en voiture, regarder la TV (émissions, documentaires, information...), communiquer avec mes proches (enfants, ma maman), mes amis (es) réels (les) et virtuels (les), confectionner de bons petits plats...Pour les gastronomes, j'ai quelques bonnes recettes à vous faire partager.






P R I N T E M P S (en acrostiche)



Premiers signes d’une renaissance

Retour des beaux jours

Innocence des amours encore fragiles

Note de fraîcheur gracile

Terres humides par les brumes claires

Emerveillement devant la première fleur

Montrant timidement ses frêles pétales

Plaines nostalgiques sous la tiédeur d’un

Soleil jaune pâle luisant dans un écrin bucolique.



(L.M. mars 2010)



Fichier:Bandol vu des calanques le soir en été.jpg

Bandol : vue des calanques un soir d'été




JE SUIS UN SOIR D'ETE

"Et sous la préfecture
Fête la sous-préfecture
Sous le lustre à facettes
Il pleut des orangeades
Et des champagnes tièdes
Et des propos glacés
Des femelles maussades
De fonctionnarisés

Je suis un soir d'été

Aux fenêtres ouvertes
Les dîneurs familiaux
Repoussent leurs assiettes
Et disent qu'il fait chaud
Les hommes lancent des rots
De chevaliers teutons
Les nappes tombent en miettes
Par dessus les balcons

Je suis un soir d'été

Aux terrasses brouillés
Quelques buveurs humides
Parlent de haridelles
Et de vieilles perfides
C'est l'heure où les bretelles
Soutiennent le présent
Des passants répandus
Et des alcoolisants

Je suis un soir d'été

De bourdes amoureuses
Aux odeurs de cuisine
Promènent leur poitrine
Sur les flancs de la Meuse
Il leur manque un soldat
Pour que l'été ripaille
Et monte vaille que vaille
Jusqu'en haut de leurs bas

Je suis un soir d'été

Aux fontaines les vieux
Bardés de références
Rebroussent leur enfance
A petit pas pluvieux
Il rient de toute une dent
Pour croquer le silence
Autour des filles qui dansent
A la mort d'un printemps

Je suis un soir d'été

La chaleur se vertèbre
Il fleuve des ivresses
L'été a ses grand-messes
Et la nuit les célèbre
La ville aux quatre vents
Clignote le remords
Inutile et passant
De n'être pas un port

Je suis un soir d'été".

(Jacques Brel - 1968)









L'automne

Salut ! bois couronnés d'un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,
J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d'attraits,
C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui,
Je me retourne encore, et d'un regard d'envie
Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui !

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,
Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau ;
L'air est si parfumé ! la lumière est si pure !
Aux regards d'un mourant le soleil est si beau !

Je voudrais maintenant vider jusqu'à la lie
Ce calice mêlé de nectar et de fiel !
Au fond de cette coupe où je buvais la vie,
Peut-être restait-il une goutte de miel ?

Peut-être l'avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore
Aurait compris mon âme, et m'aurait répondu ? ...

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire ;
A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux ;
Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu'elle expire,
S'exhale comme un son triste et mélodieux.

** Alphonse de Lamartine, 1790-1869 **







"Aujourd'hui, je vous offre la clé du bonheur.
C'est une clé que
Vous avez peut-être perdue ou oubliée ?
Quoi qu'il en soit,
J'aimerais que vous l'acceptiez.
Je vous la donne en toute sincérité,
Avec tout mon cœur.

Il y a peut-être longtemps
Que vous vous empêchiez de faire des choses
Qui feraient votre bonheur.
Vous avez peut-être mis de côté
L'idée de partir en voyage,
De prendre un cours quelconque,
De vous acheter de nouvelles fringues,
De changer de voiture...
Enfin, de vous faire plaisir.

Je sais que plusieurs raisons ont pu
Vous empêcher de passer à l'action
Afin d'obtenir ou faire ce que vous désirez.
Cela peut être la peur de ne pas être
A la hauteur, la peur qu'il vous arrive
Quelque chose de désagréable,
La peur de manquer d'argent,
La peur d'être jugé...

Quelles que soient vos peurs,
Saviez-vous qu'elles existent pour vous aider ?

Les peurs existent pour être dépassées,
Pour vous faire grandir.
A chaque fois que vous vous laissiez
Contrôler par une peur,
Vous n'êtes plus en contact avec vôtre pouvoir.

En faisant confiance davantage à la vie (en passant à l'action)
Et en vous rappelant que tout
Ce qui vous arrive n'est
Qu'expériences pour apprendre,
Vous deviendrez de plus en plus conscients
Que vous avez ce grand pouvoir
De vous apporter tout ce dont
Vous avez besoin pour être heureux.

Personne n'est responsable de vôtre bonheur,
Sauf vous.

Commencez par des petits bonheurs
Et dites-vous que tu y avez droit.
Tout le monde doit dépasser ses peurs.
Réalisez qu'au fond,
Vous n'avez rien à perdre
Et que cette expérience vous mènera
Vers de plus grandes réalisations.
Commencez dès maintenant
En accomplissant des petites actions.
Tôt ou tard, selon la loi de la manifestation,
Vous atteindrez votre but.
Soyez patient !

Saviez-vous que :
Vous faites ce que vous aimez
Pour votre propre plaisir ?
Que vous faites ce que vous n'aimez pas
Par peur de déplaire ?
Il y aura toujours quelqu'un
Qui critiquera quelque part.
Alors pourquoi ne pas faire
Ce que vous aimez dès maintenant ?

Aussi, ne placez jamais quelqu'un
Sur un piédestal.
Cette personne a le même pouvoir que vous. N'enviez personne.
Ce qui la rend heureuse,
N'est pas nécessairement
Ce qui vous rendrait heureux.
La clé est d'aller chercher vous-même
Ce que vous avez vraiment envie.

Chaque jour est un jour nouveau.
Pourquoi ne pas faire de ce jour celui
Où vous avez commencé à vous rendre heureux ? Ouvrez vos ailes et dirigez-vous
Vers ce qui vous tient à cœur.

Ceci est la clé du bonheur.
Ne la gardez pas uniquement pour vous.
Plusieurs personnes de vôtre entourage
Aimeraient aussi obtenir cette clé.
Offrez-là leur en toute sincérité
Et commencez à semer le bonheur autour de vous. Attrapez la clé du bonheur et envoyez-là
A tous ceux que vous connaissez.

Je vous souhaite sincèrement tout le bonheur
que vous voulez"!

(Merci à Lise3Papillons pour ce joli message)






« Comment décrire l’amitié,

Si celle-ci est dans notre pensée

Puisqu’il n’y a pas de mot

Pour définir ce cadeau…

Les amies sont notre cœur

Et une partie de notre bonheur

Elles nous apprennent la vie,

Et pour nous, sont toujours jolies…

Elles nous aident tout le temps

Comme si on était une enfant

Et on les apprécie

Tous les jours de notre vie…

Elles font briller notre cœur

Avec beaucoup de bonheur

On offrirait les plus belle proses

Pour leur raconter les choses

Qu’elles nous apportent chaque jour

Cet amour, cette amitié là est pour toujours ».


(Marie-Pierre – octobre 2007)



h


C'EST L'HIVER


Nous filons sur la neige blanche
En ce beau jour de dimanche
À travers les sapins verts
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver

Les enfants de notre village
Chantent la joie de leur âge
Et les grands murmures de se taire
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver

Le bon Dieu dans son paradis
Doit aussi chanter avec nous

Oh! Filons sur la neige blanche
En ce si beau jour de dimanche
À travers les sapins verts
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver

Le bon Dieu dans son paradis
Doit aussi chanter avec nous
Car la nature est si jolie
Le bleu de son ciel est si doux

Oh! Filons sur la neige blanche
En ce si beau jour de dimanche
À travers les sapins verts
C'est l'hiver, c'est l'hiver, c'est l'hiver


(Marie-Michèle Desrosier)




https://ooty4q.bn1.livefilestore.com/y1p-WVUU-vBQgwz4Pc_Baf-yuLN7_S5Mf5YZMoECTzmBMv7UtcEbj6fq1KUyw_2_jD_YBw-3I0-CCJBFbEF1N7bgoDfPs4lRcZi/Steampunk3%20700.jpg?psid=1





"Un peu plus de cent ans déjà

En espérant que l'on continuera

Au fil de la valse du temps

Même si cette valse a cent un ans

Car une valse ça s'entend

Et ce, quel que soit l'âge

Elle restera toujours belle

Pour tous les amoureux et intemporelle

A toutes les Belles au Bois Dormant sages

Et attendant leur prince charmant."




MON SITE DE POÉSIES A VISITER :



"Les saisons de Mary"
http://lisemary-labyt.over-blog.com
ou www.lisemary-labyt.fr




Films historiques, autobiographiques, documentaires, péplums, polars, suspens, certains films de sciences fiction










UNE FEE


« A la lumière des étoiles,

Une fée libérait son long voile

Pour tendrement éclairer

Les internautes sur leurs claviers

Sur son astre perché, elle réfléchit

Et tout compte fait, souhaite une douce nuit

Que les beaux rêves viennent bercer

Ce sommeil qui ne saurait tarder.


Chaque soir, à la même heure,

Elle voyait briller les étoiles,

Elle demeure ainsi, face à la sombre toile,

De ses doigts secs et hardis,

Elle se risquait de pianoter

Ces quelques mots tendres de sympathie

Avant que Morphée ne vienne

L'étreindre dans sa douce rengaine".


(Phoenix et L.M. décembre 2010)








DING, DANG, DONG...


« C'est le bruit de l'horloge qui résonne,

Qui rythme notre vie, nos heures, en somme.

Ces aiguilles qui courent à perdre haleine,

Sans savoir ou cela nous mène,

Sans nous laisser le temps,

De savourer les bons moments.

Comme le sablier, le temps s'écoule.

La pendule carillonne, le coucou roucoule.

Une poignée de secondes s'égraine,

Pour faire des heures rengaines.

L'aïeul fixe le réveil posé sur la table de nuit,

Pour compter les minutes, pour chasser l'ennui.

Il tend l'oreille à ce tic tac rassurant,

Il ne perd pas le fil du cadran.

Il attend patiemment son moment,

Sans profiter de tous les instants.

Je m'accrocherai aux aiguilles

Pour qu'elles reculent

Au risque de paraître ridicule.

Mais les jours passent,

Une année s'enfuit.

Minuit tonne dans le clocher,

Une année prend vie.

Profitons de réaliser tous

Nos rêves les plus fous,

Avant que la vieillesse

Ne nous prenne par le cou » !


(Karoline novembre 2010)

Jazz (Sydney Bechet, Louis Arsmtrong, Dave Brubeck), Rock (Les Beatles, les Rolling Stones), rock psychédélique : Jimmy Hendrix, Deep Purple Pink Floyds (musique à thème - The Wall), Musique classique (baroque: Mozart, JS Bach, Jordi Savall interprétant à la Viole de Gambe "Tous les matins du monde - Marin Marais),Variété française classique (Jacques Brel, Georges Brassens, Edith Piaf, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Claude Nougaro), Variété française moderne (Calogéro, Pascal Obispo, Florent Pagny "chante Brel"), Variété étrangère moderne (U2, Police: Sting, Genesis (Phil Collins),Simple Mind, Seal (Saoul), James Blunt (No Bravery, She was beautiful, Good Bye my friend), Seal (Soul album 2009), Blacks Eyes Peas






« Ah ! Les sentiments mauvais vous useront !

Ces déviances voleront les émotions.

Bien s'en faut, rage toujours,

Peines nullement occultées jailliront

Indéfiniment de nos désamours ! »


(L.M. février 2010)




"Je te dis mort aux cons
Bien plus plus cons que toi
Mais qui sont mieux portants...

Six pieds sous terre Jojo tu chantes encore
Six pieds sous terre tu n`es pas mort

Six pieds sous terre Jojo tu espères encore
Six pieds sous terre tu n`es pas mort

Six pieds sous terre Jojo tu frères encore
Six pieds sous terre tu n`es pas mort

Six pieds sous terre Jojo tu n`es pas mort
Six pieds sous terre Jojo je t`aime encore."

(Extrait de la chanson "Jojo" J. Brel - 1977)

manga

Dan Brown (Da Vinci Code, Anges et Démons, Déception Point, Le symbole perdu), Juliette Benzoni (romans historiques), Colleen Mac Cullough (romans sur l'histoire de l'Australie), Danièle Steel (romans sentimentaux), Marie-Paule Armand (romans du terroir nordiste), Émile Zola (romans humanistes dénonçant la gangrène de la société du 19e Siècle), Maxence Van der Meersh (romans sur la vie des ouvriers dans le Nord de la France au début du 20ème Siècle), Livres d'histoire (Max Gallo, P. Daxote, P.Miquel, J.Atalli), Écrivains contemporains : J.d'Omersson, Marguerite Yourcenar...

willo1.gif




AMI (E) VIRTUEL (LE)

« Toi mon ami (e), je peux te faire confiance,
Te dire des secrets sans avoir peur
Qu’ils ne soient révélés,
Tu es toujours là quand j’ai besoin de toi.

La distance n’existe pas entre nous
Et qu’importe le jour, où l’heure même
Si tu n’y es pas il y toujours
Un petit message pour moi qui m’attend.

Je ne peux pas dire que je te connais vraiment,
Sauf qu’à travers tes écrits,
Je peux te dire sans hésiter
Un seul instant que pour moi tu es devenu (e)
Un (e) vrai(e) ami (e)
Et ça pour la vie j’espère !

Car une amitié virtuelle, telle que la nôtre,
C’est un lien sacré, oui,
C’est le plus vrai des sentiments
Qu’une fois acquis il faut savoir le garder,
Pas seulement pour aujourd’hui,
Non, pour toujours
En toute amitié et pour toujours !»

(Merci à Mystie le 31/10/2010 )






Le Secret

Crier le secret ? Non, vous le casseriez.
On ne peut le murmurer qu’à voix basse
Et qui sait s’il ne va pas s’évaporer
Entre lèvres et oreilles ?

Peut-être a-t-il été trop répété,
Trop proclamé, trop bavardé,
Jusqu' à devenir flasque
Et n' être plus que grisaille de mots ?

Pauvre petit secret
Aux lumières de la nuit
Oh ! Pauvre grand secret
Aux pénombres du jour...

Je ne le dirai pas
Le secret des visages
Le visage des secrets
Le silence qui coule en toute parole.

Mais vous le savez, chut !
Il fait du bruit dans vos poitrines
Il est faible et il est fort
Comme un petit enfant qui naît.

G.B.
(Merci à Nicky pour ce joli partage)

créa vintage


LE DIMANCHE SOIR A L'ABREUVOIR


Souvent le poète, afin de s'émouvoir,
Va trainer ses guêtres, le dimanche soir,
En un lieu rempli d'un certain espoir,
Une taverne des temps jadis, nommée l'abreuvoir.


On est bien loin, veuillez m'en croire,
De l'ambiance du samedi où,
Impossible de s'assoir,
L’on passe son temps à tenter de ne pas choir,
Où cent personnes s'entassent dans cet abreuvoir.


Non, personne ne fume sur le trottoir,
À peine trois pèlerins se croisent au fumoir.
C'est le soir où l'on évite tout déboire,
Le dimanche est plutôt calme, à l'abreuvoir.


Ce soir, l'inspiration s'invite au comptoir,
Offrant à notre âme un véritable miroir.
Idées, mots et pensées se mêlent, quelle foire !
Le poète s'y retrouve
Et compose pour l'abreuvoir.

(Merci à Rayjo pour ce beau partage
« Ma Planète » le 31/01/2011)






Scrable, mots fléchés, trivial pursuite, tarot, Monopoly (avec mes enfants), piscine







LA VIE

Saisi la chance de la vie,

Admire sa beauté et fait lui face au défi.

La vie est précieuse,

Prends en soin et accomplis le devoir,

Conserve sa richesse…

La vie est un amour,

La vie est promesse, remplie-là

La vie est un mystère, perce-le.

Surmonte sa tristesse

Et accepte de combattre jusqu'à la fin.

La vie est une aventure, ose-là,

La vie est un bonheur, mérite-le,

La vie est la vie, défend-là !


(Merci à mon ami Fidelo)


amitie.gif


JE T'AIME POUR CE QUE TU ES POUR MOI



« Sache qu’un (e) vrai (e) ami (e)

Viendra te sortir de prison

Pour que tu puisses

Apprécier de nouveaux horizons.


Mais un (e) vrai (e) ami(e)

Restera près de toi

Et te dira :on est dans la

Merde mais on a eu du fun !

Fier(e) d'être ton ami (e)


J'ai appris

Que la vie c'est comme

Un rouleau de papier de toilette :

Plus tu approches de la fin,

Et plus ça se déroule vite.


J'ai appris

Que je suis contente que le Ciel

Ne m'accorde pas tout ce que

Je demande.


J'ai appris que ce n’est pas

Parce qu'on a de l'argent

Que l'on a plus de classe !

J'ai appris que ce sont les petites choses

De la vie qui la rendent spectaculaire.


J'ai appris,

Qu'en dessous de la carapace de chacun,

Il y a une personne

Qui ne demande qu'à être appréciée et aimée.


J'ai appris

Que Dieu n'avait pas tout fait

En une seule journée.

Alors, qu'est-ce qui me fait penser

Que je devrais tout faire aussi

En une seule journée ?


J'ai appris

Que d'ignorer les faits,

Ne les changeront pas !


J'ai appris

Qu’en moins de temps, il me reste à travailler,

J’ai accomplis plus de choses

Grâce à toi mon amie la rose. »


(novembre 2007)





"Ô vous, belle colombe !

Porteuse de charme et de paix,

Oiseau d'augure incertain,

Venez donc réconforter les miens

Dans mon âme entière

Resplendit un nuage de guerre...

Tous mes, soi-disants, amis m'ont abandonnée

Et ceux chers à mon cœur

Sont partis sans un bruit...

Maintenant, je suis à jamais rescapée

De toutes ces bêtises et stupidités,

Je cours seule dans la nuit

A la recherche de mes vrais amis".

(L.M. - 1984)





LE DROIT D’AIMER



C’est l’amour qui fait qu’on aime

C’est l’amour qui fait rêver

C’est l’amour qui fait qu’on s’aime

C’est l’amour qui fait pleurer.

Mais tous ceux qui croient qu’ils s’aiment

Ceux qui font semblant d’aimer

Oui tous ceux qui croient qu’ils s’aiment

Ne pourront jamais pleurer

Dans l’amour, il faut des larmes

Dans l’amour, il faut donner

Et ceux qui n’ont pas de larmes

Ne pourront jamais aimer

Il faut tant et tant de larmes

Pour avoir le droit d’aimer

Mon amour, ô toi que j’aime

Qui me fait souvent pleurer

J’ai donné, donné mes larmes

J’ai pleuré pour mieux t’aimer

J’ai payé de tant de larmes

Pour avoir le droit d’aimer

Pour toujours le droit le droit d’aimer.



(Edith Piaf – 1962)



Aucun texte alternatif disponible.



"...je tricote des pulls pour qui les portera."
(Edith Piaf lors d'une interview
pendant ses dernières vacances à la mer
avant sa mort le 10 octobre 1963 à Grasse)


Afficher l'image d'origine



LE TRICOT

« La vie, c'est comme un tricot.

Dieu te donne la laine et les aiguilles

Et il te dit :

Tricote de ton mieux, une maille à la fois !

Une maille, c'est une journée sur

L’aiguille du temps.

Tu montes trente ou trente et une mailles.

Après douze rangs de tricot,

Tu as trois cent soixante trois mailles

Quelques unes sont tricotées à l'endroit,

D’autres à l'envers

Il y a aussi des mailles échappées

Mais tu peux les reprendre.

Tu as peut-être déjà plus de

Mille cinq cents mailles

Et cinq cent rangs de tricotés !

Mais Dieu seul sait,

Quelle sera la longueur de ta vie !

La laine que le Seigneur te donne

Pour tricoter ta vie,

Est de toutes les couleurs :

Rose comme tes joies,

Noire comme tes peines,

Grise comme tes doutes,

Verte comme tes espérances,

Rouge comme tes amours et tes amitiés,

Bleue comme tes désirs,

Blanche comme ton don total

Au Dieu que tu aimes.

Père, donne-moi le courage de

Terminer mon tricot

Afin qu'un jour, devant mes

Frères et sœurs,

Je te l'offre avec toute ma joie ! »

(Merci à Lise3papillons pour le partage de ce beau texte de Doris Lussier)








C’EST MON CŒUR QUI T’A CHOISI



"Je n’ai rien demandé à personne,

Suivant tout simplement

Mon chemin de petit bonhomme

Sur mon quotidien terne et monotone.

Puis, j’ai aperçu mon homme

Alors, j’ai su en somme…

Je ne l’ai pas voulu

Mais quand j’ai vu que c’était toi,

J’ai senti mon cœur en émoi.


Ma raison disait de ne pas m’arrêter,

De continuer sans plus me retourner

Mais faut dire que des yeux comme ça,

On ne peut pas les oublier,

Ça été plus fort que moi

Et me suis retournée,

Tu m’as regardée,

Tu m’as souri et,

Pauvre de moi, j’ai obéi sans hésiter

A mon cœur qui t’a choisi.


Depuis, je te suis

Partout où tu vas,

Ton regard me poursuit

Jour et nuit,

Je devine tout de toi,

De tes moindres gestes,

Je connais tes faiblesses

Car c’est mon cœur qui parle

Rien, ni personne ne pourra dire

A sa place car c’est lui qui t’a choisi.


Que peut-on y faire à cela

Quand un beau gars est devant soi,

Vous invitant, pour un instant

A un voyage au Paradis,

A partager quelques moments de bonheur

Qui font chavirer le cœur

Des amants se confondant

Dans les bras l’un de l’autre,

Tendrement enlacés n’écoutant plus

Que cette douce musique qui murmure tout bas :

C’est mon cœur qui t’a choisi".


(L.M. janvier 2011)



larmesdefemmesimages.jpg



"Un petit garçon demande à sa mère :
- Pourquoi pleures-tu?
- Parce que je suis une femme,lui répond-elle.
- Je ne comprends pas, dit-il.
Sa mère l'étreint et lui dit :
- Et jamais tu ne réussiras.

Plus tard le petit garçon demanda à son père :
- Pourquoi maman pleure-t-elle sans raison ?
- Toutes les femmes pleurent sans raison,
Fut tout ce que son père put lui dire.

Le petit garçon grandit
Et devint un homme,
Toujours se demandant
Pourquoi les femmes pleurent
Aussi facilement.

Finalement il appela Dieu ;
Quand Dieu répondit au téléphone,
Il demanda :
- Seigneur, pourquoi les femmes pleurent aussi facilement ?

Dieu répondit:

- Quand j'ai fait la femme,
Elle devait être spéciale.
J'ai fait ses épaules assez fortes
Pour porter le poids du monde
Mais quand même assez douces
Pour être confortables.

- Je lui ai donné une force intérieure
Pour endurer les naissances
Et le rejet qui vient
Souvent de ses enfants.

- Je lui ai donné la force
Pour lui permettre de continuer
Quand tout le monde abandonne
Et prendre soin de sa famille
En dépit de la maladie et de la fatigue
Mais sans se plaindre.

- Je lui ai donné la sensibilité
Pour aimer ses enfants
Dans n'importe quelle circonstance
Quand ces derniers l'ont blessée très durement.

- Je lui ai donné la force
De supporter son mari dans ses défauts
Et je l'ai faite d'une de ses côtes
Pour protéger son cœur.

- Je lui ai donné la sagesse
De savoir qu'un bon époux
Ne blesse jamais sa femme
Mais que quelques fois,
Il teste sa force et sa détermination
A demeurer à ses côtés sans faiblir.

- Et finalement je lui ai donné
Une larme à verser.
Cela est exclusivement
A son usage personnel
Quand elle le juge bon.

- Tu vois : La beauté d'une femme
N'est pas dans les vêtements qu'elle porte,
Ni dans le visage qu'elle montre
Ou dans la façon de se peigner les cheveux.

- La beauté d'une femme
Doit être dans ses yeux,
Parce que c'est la porte
D'entrée de son cœur,
La place où l'amour réside ".


Toutes les femmes sont belles.

(Merci Lise3Papillons pour ce joli partage mettant à l'honneur les femmes)


  


CALINS


Câlin du matin

En sortant du bain

Un bisou mouillé

Sur le bout du nez


Câlin du midi

A l’heure du café

Un bisou sucré

J’en veux moi aussi


Câlin de la nuit

Pour mon chéri au lit

Des bisous fous, fous

Des bisous partout


Câlin des amoureux

Qui rend heureux

Câlin des amants

On les aime tant

Et on en veut tout le temps !


(M.L. mars 2010)











Promenade dans Lille
Ma chère vieille école
What a wonderful world
Le Ch'ti florilège
Couleurs magnifiques
[ Voir tous mes pps ]




AH ! LES VENDANGES !
Machiavéliquement féminin
La petite fille et l'ingénieur
Avant et après le mariage
Le sexe vert
[ Voir tous mes blagues ]
La recette du poulet au whisky
[ Voir tous mes blagues ]


Si c'était à refaire
Amour virtuel
Ecrire sur de la neige blanche
L'amour
La croix des cons
[ Voir tous mes poeme ]
Amour virtuel
Les coquelicots
LA CROIX, L'ETOILE ET LE CROISSANT
Je viens du Nord
DSK
[ Voir tous mes poeme ]


Douce pluie
Les beaux instants
Les Vrais Amis
Les vraies richesses
Chemins du silence
[ Voir tous mes belleschoses ]

Phrase du jour
Le Tout
Ô toi mon amour !
Etudier tout en répétant...
Rien ne sert...
[ Voir tous mes belleschoses ]










91391


Avant tout mes 3 enfants, les relations humaines et chaleureuses, les justes causes honorables (humanitaires, écologiques, animales), les personnes combatives, vraies, la sincérité, la gentillesse, les personnes polies, gaies, l'humour fin et les "bonnes bouffes" partagées avec les personnes que j'apprécie...les belles tablées me rappelant mon enfance, ma jeunesse...









TOI MON FILS

(Pour tes 20 ans)



"Que de joie, que d'amour, que d'admiration

Tu as suscité dès le premier jour de ton existence

Quand tu as sorti ton petit bout de nez tout rose,

Un lundi 1er octobre 1990...

Tu étais la huitième merveille du monde !

Mon petit homme, mon gentil garçon

Tu as 20 ans aujourd’hui !

Tu n'as pas fini de m'étonner

Les fées penchées sur ton berceau veillant sur toi,

T'ont souhaité un bonheur parfait

Mais la vie t'a impliqué, bien malgré toi,

Dans ce tourbillon de désillusions

Où peur, cris, disputes... histoires d'adultes

Imbéciles et minables

Dont tu n'es en rien responsable

Le temps qui passe ne pourra jamais altérer

Les liens et attachements profonds

Qui grandiront avec toi chaque jour plus forts.

Quoi que je fasse où que je sois, je serais toujours avec toi

Quelle que soit la saison de ta vie

Tu resteras toujours mon fils chéri

Car tu es une partie de moi, de ma vie

Que tu le veuilles ou non, c'est comme ça

Tu es ma fierté et ma lumière

Je t'aime de tout mon cœur,

Bien au delà du temps,

Je resterai ta maman".


(L.M. octobre 2010)











"Dans ce monde de bruts où j’ai su garder

Un cœur d’enfant malgré quelques cheveux blancs

Striant ma brune chevelure,

Je suis restée une herbe obstinée

Chevauchant le vent.

Je continuais, je continue,

Et je continuerai ma lutte

Même après la mort comme une âme damnée

A la recherche de l’absolu.

Il m’arrive encore de m’émerveiller le matin

Quand les rêves passent, devant un soleil levant

Descendant du ciel.

Lorsqu’au détour d’un chemin,

Je vois une fleur qui s’ouvre au jour,

Je me dis : "c’est génial" !

Paraît-il que l’enfance est

La renaissance de soi ?

Eh moi, rêveuse éveillée,

J’ai enfin réalisé qui j’étais

Tout simplement moi

Et c’est déjà pas si mal".


(L.M. mars 2006)



« Le visage est là. On croit le voir, et souvent on ne voit pas l'être qui se cache devant soi » L.M.




Image result for Merryl Streep


* Je suis bien d'accord avec cette formidable actrice que j'admire beaucoup :

“Je n'ai plus de patience pour certaines choses, non pas parce que suis devenue arrogante, mais tout simplement parce que je suis arrivée à un point dans ma vie où je ne veux pas perdre plus de temps avec ce qui me blesse ou avec ce qui me déplaît.
Je n'ai aucune patience pour le cynisme, la critique excessive ni pour les exigences de quelque nature.
J'ai perdu la volonté de plaire à celui qui n'aime pas, d'aimer celui qui ne m'aime pas et de sourire à celui qui ne veut pas me sourire. Je ne dédie plus une seule minute à celui qui ment ou à celui qui veut manipuler.
J'ai décidé de ne plus vivre avec la prétention, l'hypocrisie, la malhonnêteté et l'éloge bon marché.
Je ne parviens pas à tolérer l'érudition sélective et l'arrogance.
Je n'ai pas à m'adapter aux on-dit ni aux commérages.
Je déteste les conflits et les comparaisons.
Je crois à un monde de contraires et c'est pour ça que j'évite les personnes ayant un caractère rigide et inflexible.
En amitié, je n'aime pas le manque de loyauté ni la trahison.
Je ne m'entends pas bien avec ceux qui ne savent pas ni faire un compliment ni encourager.
Les exagérations m'ennuient et j'ai du mal à accepter ceux qui n'aiment pas les animaux.
Et pour couronner le tout, je n'ai plus aucune patience envers les personnes qui ne méritent pas ma patience.” - Meryl Streep -


ET JE N'AIME SURTOUT PAS :


La bêtise (mesquinerie), la méchanceté gratuite (jalousie), le racisme, la violence (qu'elle soit verbale ou physique), la discrimination sur toutes ses formes, les personnes malotrues, malhonnêtes, vulgaires, les dragueurs (bonimenteurs) sur le net (il existe des sites de rencontre pour ça...), les emmerdeurs en tout genre.Et j'effacerai tout commentaire déplaisant ( par ex. : le dénigrement des autres "aminautes" entre autre) Comme disait Boris Vian: "On est pas là pour se faire engueuler...". Un espace n'est pas un ring ou lieu de règlement de compte.




Aucun texte alternatif disponible.



J E R E M I A D E S (en acrostiche)


Je pleure bien trop souvent sur mon sort,
Ça me brime, ça me lime

Et pourtant, je sais qu'il y a plus mal
Lotis ici bas, en

Regardant bien autour de soi,
On s'aperçoit que l'on peut semer le bien

En allant tout simplement vers les autres.
En tendant une

Main charitable, j'oublierai un peu
Mes pleurnicheries puériles et

Inutiles qui finissent par lasser,
Pourrir l'oxygène, et

Agacer l’entourage qui n'y est pour rien,
Alors, cesse donc ces pleurs !


Des soucis ? Mais tout le monde en a Pardi!
Relève-toi, sèche donc ces larmes !

Et ce n'est pas en te lamentant
Tous les jours que cela

Soulagera tes peines. Ça ne sert à rien,
Tu te fais plus de mal que de bien,
Ne vois-tu pas que t'as l’air d’un crocodile ?


(L.M. janvier 2011)




 




Mental à toute épreuve et esprit aiguisé,



Ambition et enthousiasme sans limite,



Résolution et adaptation sont tes qualités. Il n'



Y a personne qui puisse rivaliser avec toi.



 


(Merci à mon amie Rayjo pour ce charmant acrostiche)


L’image contient peut-être : 1 personne



Je souhaite me faire des "aminautes" sur ce site afin de pouvoir partager de nombreux centres d'intérêt: poésie, culture littéraire, écriture, information, histoire (étant férue...le 20ème + particulièrement), cuisine, sciences
Je suis "une Ch'tie Varoise" depuis + de 3 ans, j'ai vécu dans le Nord (Lille) pendant plus de 40 ans où j'ai travaillé près de 20 ans dans le secrétariat administratif et commercial... Par des concours circonstanciels de ma vie, je me suis reconvertie comme auxiliaire de vie auprès des personnes âgées dépendantes maintenues à leur domicile (ce qui est bien mieux sur le plan humain que de les laisser pour compte dans des maisons de retraite ou hospices...).








Q U I N Z E A N S P O U R M A F I L L E (en acrostiche)


Que je me souviens du temps où tu étais

Une jolie petite minote toute ronde, bien potelée,

Irrésistible et rigolote,

Née en souriant,

Zézayant dans un babillage frais,

Élégant mais tellement spontanée.


As-tu gardé cette innocence que

Nous, adultes égoïstes t’avons partiellement ôtée

Sans nous en apercevoir ?


Par tous ces éclats de tempête

Où mille et

Une pluie d’orage t'ont

Retiré une partie de tes illusions.


Mais je sais bien qu’

Avec le temps, tu auras ta revanche Dame la


Fée te le promet et même si

Inévitablement le destin en décide autrement,

Le jeteur de mauvais sort, on

Le combattra de toutes nos forces

Ensemble et à l’unisson. »


(L.M. 8 janvier 2011)


Crystal


REFLEXION


«La vie est un éternel recommencement

Maillé de joies et de souffrances.

Dans une journée tu peux rire,

Pleurer, danser, chanter...

Tous ces moments là, font que notre vie existe

Alors, pourquoi être ici sur terre

Si c'est pour souffrir ?

Pourquoi la vie est-elle si difficile ?

Pourquoi sommes nous venus au monde

Si c'est pour mourir un jour ?

Hélas ! il le faudra bien un jour

Au moment où viendra l'échéance...

Tant de pourquoi auxquels

Je ne trouve pas de réponse.

Dois-je en rire ou en pleurer ?

Je ne sais plus...

Mais je sais une chose :

J’aime un homme merveilleux.

Que pour lui ma vie vaut la peine d'être vécue,

Même si celle-ci n'est pas comme je le voudrais,

Même si ma route ne prend pas toujours

La direction souhaitée.

Son amour est tellement présent

Dans mon cœur que pour rien au monde,

Je ne voudrais qu'il cesse ».


(Mariepatou – le 30 avril 2008)





"Je prends la plume pour fuir mon amertume...

Désolée, ici je ne vous proposerai pas de

Décoller pour partir sur terre,

Ni d'aller au centre de l'univers,

C'est moi, juste moi et

Je vous propulserai vers ce monde à moi.

Accrochez vos ceintures,

Un seul aller, pas de retour,

Une seule destination, pas de détour...

Restez assis, mes rêves vous sont permis,

Comprenez-les, mais ne les touchez pas !

Ils risqueraient de ne pas apprécier...

Voyagez dans mon cœur, au cœur de mon univers,

Au cœur de ma terre ! "


(L.M. -janvier 2008)





"J’entrouvre les volets aux chants des mésanges,

Le soleil pénètre en mon cœur éveillé,

Le ciel bleu réjouit mes pensées arrimées

Aux eaux d'un ru limpide qui berce les anges.

J’humecte les lèvres dans un café corsé,

Y lit dans le fond noir, mes heures filantes.

Une douce journée aux gestes farnientes...

Où lissée au plein air, la vie que je vais humer,

Toutes ces choses qui m'entourent et émerveillent

Mes matins de soleil tant aimés".









hebergeur image














L'homme vertueux doit imiter l'arbre de santal qui, lorsqu'on abat, parfume la hache qui le frappe. (proverbe indien)










AVOIR UN BON COPAIN OU UN AMI ?


« Un simple copain, quand il vient chez toi, agit comme un invité.

Un véritable ami ouvre ton frigo et se sert.

Un simple copain ne t’a jamais vu pleurer.

Un véritable ami a les épaules trempées de tes larmes.

Un simple copain ne connaît pas les prénoms de tes parents.

Un véritable ami a leurs numéros de téléphone dans son carnet d'adresses.

Un simple copain apporte une bouteille de vin à tes fêtes.

Un véritable ami arrive tôt pour t'aider à cuisiner et reste tard pour t'aider à nettoyer.

Un simple copain déteste quand tu appelles après qu'il soit allé se coucher.

Un véritable ami te demande pourquoi tu as mis tant de temps à appeler.

Un véritable ami s'informe de ta romantique histoire d'amour.

Un simple copain pourrait te faire du chantage avec.

Un simple copain pense que l'amitié est finie quand vous avez une dispute.

Un véritable ami t'appelle après une dispute.

Un simple copain s'attend que tu sois toujours là pour lui.

Tandis qu’un véritable ami est toujours là pour toi ».




angyalka



E T O I L E (en acrostiche)

"Éclat de particules merveilleuses et brillantes,

Tempête en insistant sur les ondes irradiantes,

Opale isolée se voilant dans l'immense univers,

Intense et troublante,elle est seule face au reflet

Larme transparente et glaciale tombant du ciel, elle

Éblouit par son humble lumière, elle espère".


(Arlette Philbois)
http://versleciel.over-blog.com








Retureau a 391 ami(e)s


Vous avez 22 amie s commun






CLIQUEZ ICI POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE DANS MA PAGE




*** Ma Planète ***