ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
Jakclin
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 
L'allée de la vie !



mem_normal HORS LIGNE

Femme
France





MEMBRE DEPUIS: 04/21/2012
SIGNE ASTROLOGIQUE: Bélier
DERNIÈRE CONNEXION: 08/24/2019 02:39:37






Pas de sujet
Mes sujets: 0  Sujet anonyme: 0
Voir plusVoir plus

De: Privé
De: Privé
De: Privé





Le vieux moulin

Le moulin est silencieux
Il est las et si vieux !
Ces ailes à la toile froissée,
Ne sont plus jamais pressées
De se battre contre le vent
Souvent capricieux et indolent.
Le moulin a perdu son âme…
Et personne n’a versé de larmes

Lorsque le meunier a déserté
Avec beaucoup de dignité
Cet endroit un peu austère
Mais tellement extraordinaire.
Où naquit, malgré moult difficultés
Une indéfectible complicité,
Entre un meunier et son moulin
Unis comme les doigts de la main.
Chacun avait à cœur
De mener à bien son labeur !
Depuis, le temps a passé,
Le monde est plus pressé…
Tous veulent manger du pain
Et se foutent de qui moud le grain !
Mais le moulin, lui se souvient
Que l’homme ce vaurien…
Parfois arrogant et méprisant
Fut un jour très content
De son ardeur à moudre le grain !

Jacqueline L (Jakclin)
texte paru dans revue Litt.

Vacances d’enfance

Walsch miel de notre enfance
Où nous venions en vacances
Village d’un autre temps…
Pour nos regards d’enfants…

On nous parlait d’écurie
De bétail et de prairie…
De charrue, de moisson
D’un monde de traditions…

Ecole de la simplicité
Et de la solidarité
Où personne n’avait le temps
Mais ou chacun offrait son temps

Cette facette de la vie
Fut d’une richesse inouïe
Nous y avons découvert
Que l’égoïsme est un "travers"…

A présent, loin est notre jeunesse…
Nous abordons la vieillesse
Mais jamais nous oublierons
Ce chemin rouge que nous aimions

La petite bâtisse en pierre
Notre plus fidèle repère
Réchauffée par l’affection
Durant de nombreuses saisons.

Jacqueline.L (recueil)

L’ENFANT DESSINANT SON RÊVE…


Courbé devant sa feuille
Il s’applique sur son dessin
Puis regarde sa main…
L’arc-en-ciel s’y dessine
Et voici qu’il s’anime
Par un habile jeu de doigts
Les couleurs se déploient
Légères et gracieuses
Elles s’envolent radieuses
Vers son dessin inachevé…

Couleurs dispersées
Se posant au hasard
Le rouge habille un toit
Le jaune enserre le soleil
Le vert s’étale sur le pré
Le bleu file vers l’azur
L’orange colore l’abricot
Le violet pare la fleur
L’indigo s’étire vers la mer

Fasciné, l’enfant rêve…
D’un nouvel arc-en-ciel
Serpentant vers l’empyrée
Dans l’aube sublimée
Ou enjambant l’univers
En transposant ses couleurs
Glissant le rouge à l’intérieur
Tirant le violet vers l’extérieur
Laissant la magie du rêve
Se faufiler dans son espace

Un dernier coup de pinceau
Dépose une nuée d’oiseaux
Autour de son arc-en-ciel
Mais sa page reste inerte
Son rêve n’est qu’un joli dessin

Jacqueline L (revue 01-2018)

L’école


Jamais aucun matin
Ne m’a vu sur le chemin
Conduisant à la grande école ;
Ce fabuleux lieu du savoir
Où l’on raconte tant d’histoires…
Je rêvais de cet endroit merveilleux
Où je serais si heureux,
Assis dans une classe
Où chacun a sa place.
Enfant de l’insouciance
J’écouterai en silence
Les histoires fantastiques
Quelque peu magiques.
Et le rêve m’emporterait…
Vers ce monde abstrait
De chiffres qui se calculent,
Ou la fascination par l’écriture
Et l’imaginaire dans la lecture…
Oui, la vie à l’école
Est tout un symbole.
On y trouve son chemin
Et beaucoup de copains…

Comment connaître ceci
Lorsque l’on vit en "autarcie" ?
Je ne connaîtrai jamais les bancs d’école
Et personne n’entendra mes paroles.
Car le savoir pour moi.
Et un devenir sans voix.

Jacqueline L (Recueil)

Enfant respecte la nature


Admire l’infinité du ciel
Et ces étoiles qui étincellent
Lucioles de lumières éternelles…

Admire nos immenses forêts
Pleines de mystères et de secrets…
Attention, elles vont se dépeupler

Admire et respecte notre nature
Œuvre d’art sans aucune rature
Soit vigilant, tout la dénature !

Admire la terre et ses beautés
Et tout ce qu’elle peut nous procurer
Si personne ne vient la polluer…

Admire et reste attentif,
Afin que demain, de méchantes griffes
Ne viennent mettre notre terre à vif !
Ni l’oiseau dans le mazout s’engluer
Ou le poisson mourir intoxiqué…

Admire la limpidité de l’eau
Qui court dans les ruisseaux
En chatouillant les roseaux !
Tu ne pourras vivre sans eau…
Protège sa pureté…
Refuse de voir l’usine cracher
Toutes ses volutes empoisonnées
Ne laisse la forêt se consumer
Par les flammes
Surtout, refuse de charger tes poumons
De nicotine et de goudron

Admire l’envolée des oiseaux
Flamants roses, pinsons, mouettes moineaux…
Bruissements d’ailes, gazouillis… C’est si beau !

Enfant,
Apprends à respecter ton environnement…
bats-toi pour "ta vie" et ²ta terre² !


Jacqueline. L (Revue juillet)

J’AI VERSÉ DANS LE RUISSEAU…


Par jeu ou par ignorance, Un matin sans raison J’ai versé dans le ruisseau Quelques graines Sans éclat ni beauté Que je ne voulais semer.

L’espiègle ruisseau les emporta Dans sa course à travers l’univers, Elles glissèrent sur les galets Se faufilèrent vers les mers Pour germer sous d’autres cieux Et rendre des gens heureux…

Trop tard je compris mon erreur… J’avais confondu beauté et bonheur En jetant sans respect Ces graines, un peu ternes Qui ne s’épanouissent Que dans notre jardin secret En chassant les graines de l’ennui, Celles sans noblesse ni grandeur Qui ne produisent que des regrets…

Oh, que j’aimerais Retrouver ces graines de bonheur Que je n’ai su cultiver, Par insouciance ou négligence, Et qui auraient pu me rendre si heureux.
Jacqueline.L (revue R.)

Un jour exceptionnel.
Bonne fête maman !


Une aube nouvelle
Pour un jour exceptionnel.
Où certains cherchent une idée
Pleine d’originalité…

Moi, je laisse s’ouvrir mon cœur
D’où s’écoule avec douceur
Un bouquet multicolore
De mots puissants et forts
Que je souffle à ma maman
Oui, celle que j’aime tant !

Elle écoute avec tendresse
Mes multiples promesses
Tant de fois entendues
Et si rarement tenues…
Mais son regard indulgent
Pardonne et comprend…

Pourtant, mon plus grand bonheur
C’est l’écouter avec ferveur
Me conter un peu sa vie…
Si difficile, mais si jolie !
Je la crois et puis j’oublie
Qu’elle a aussi des interdits !

Pour la fête des mamans
Mon petit panier secret
Vient déverser à ses pieds
L’amour de son enfant
Celui qui n’a pas de prix
Et qui à jamais nous lie !

Jacqueline L
Texte protégé

BONJOUR MADAME LA ROSE

Bonjour Madame la rose, as-tu passé une bonne nuit ? Ta jupette n’est guère froissée, le sommeil fut-il si léger ?

La lune est passée me voir, pour me raconter son histoire et me dévoiler ses secrets…Puis à l’aube s’est éclipsée en me suppliant de ne point l’oublier, et de l’admirer Lorsqu’elle projette sa clarté sur la nature qui s’est endormie dans le silence de la nuit…

Mais alors quand vas-tu dormir ? Tu sais bien que le jour c’est nous qui t’admirons… Nous extasiant sur ta beauté, ton élégance… Tout en nous enivrant de tes douces fragrances…

Je suis une rose, ma vie est brève… Bien plus si tu viens me cueillir. Pour toi, je suis un simple ornement Tu me cueilles pour ton plaisir ou tes besoins… Et je meurs plus vite par tes mains… La lune, veut seulement être admirée, avoir une amie. Tu as raison, tu es plus jolie dans le jardin Où ton ombre se reflète sur le cerisier Lorsque le soleil sublime ta beauté. Quant à la pluie, elle rafraîchit ton teint. À l’avenir je ferai comme la lune Je viendrai t’admirer, je prendrai soin de toi Telle une amie, je te respecterai.


Jacqueline L (revue R. juillet














L'AMITIE... EST UNE FLEUR FRAGILE QUI SE CULTIVE AVEC DELICATESSE DANS L'ALLEE DE LA SINCERITE ET NE PEUT SE DEMULTIPLIER A L'INFINI...
LE DEBARQUEMENT EN NORMANDIE 6 juin 1944... Les sanglots longs des violons, blessent mon coeur d'un langueur monotone...
FETE DU 1er MAI ET SA TRADITION (musique: Yvan Rebroff)
LE LAPIN DE PAQUES PARESSEUX (histoire personnelle pour les enfants)
PAQUES ET SES TRADITIONS. DOUCES ET AGREABLE FËTE ATOUS
[ Voir tous mes pps ]




HOMMAGE A TOUS LES CLAIRONS 14-18(Jakclin)
BATS-TOI ! (Jacklin) en ce jour de lutte contre ce fléau: le cancer ...
Sur la crête bleuie du Linge 14-18
Les mamans oubliées
Verdun ton nom résonne comme un glas.14-18 (Jacqueline.L
[ Voir tous mes poeme ]


ENTRE CE QUE JE PENSE? CE QUE VOUS AVEZ ENVIE D'ENTENDRE...
Les quatre saisons de notre vie (Jakclin)
Pour les mamans d'enfants handicapés
Lettre ouverte à une personne sans abri
[ Voir tous mes belleschoses ]







La retraite c’est…

Voir poindre l’aurore
Sans aucun remords
Regarder l’heure
Sans la moindre peur
Pouvoir, en toute liberté
S’asseoir et s’écouter
Attendre demain
Sans ombre ni chagrin
Oublier les tourments
Aimer la vie autrement…
Préserver son humour,
Au fil des jours
Maintenir sa forme
En refusant des normes.
Découvrir la paresse
Dans toute sa largesse
Oublier les chaînes
Qui n’en valent la peine
Regarder et "entendre" la vie
Sans le moindre "à priori"
Oublier de se prendre au sérieux
Pour être pleinement heureux !

La retraite c’est…tout le bonheur que l’on s’octroie !

Jacqueline. L (texte paru dans les Cahiers Francophones)



Jakclin a 44 ami(e)s


Aucun ami commun





CLIQUEZ ICI POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE DANS MA PAGE

Retour à la liste des nouveautés



*** Ma Planète ***