ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :


MENU:        



Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie



Bon Article A Lire
 
Proposé par : Zinette
Ajouté le : 09/16/2008
Catégorie : Réflexion
Vues : 1595
Commentaires : 0


 De Patrick Lagacé de Cyberpress                                                                                 Le Lundi 25 Août 2008, 11h16  
Montréal-Nord :

lettre d’un policier
   
Un policier de Montréal m’a envoyé cette longue lettre à propos du travail de ses collègues, en ce soir fatidique d’août, au parc Henri-Bourassa. Je ne suis pas d’accord avec tous les points, mais le propos ouvre une fenêtre sur le point de vue qui prévaut, chez les flics. Il m’a demandé l’anonymat. Ça m’embête, puisqu’il s’agit d’un point de vue qui ne trahit aucun secret interne, qui relève purement de l’opinion, mais bon, c’était ça ou pas de lettre. Alors la voici.  


« Connaissez-vous l’article 25 du Code criminel du Canada?
Connaissez-vous le Tableau de la problématique de l’emploi de la force enseigné à l’École Nationale de Police du Québec?
Si vous avez répondu non à l’une de ces deux questions, vous n’êtes malheureusement pas en mesure de bien juger les interventions policières comme celle survenue à Montréal-Nord.
Lorsque dans l’actualité survient un événement concernant un domaine auquel je suis ignorant,        

je tente de m’abstenir de commentaires et j’essaie surtout de ne pas me laisser influencer par nos pseudo spécialistes.
C’est pourquoi après avoir lu, vu et entendu autant de conneries concernant les événements de Montréal-Nord, j’ai décidé d’écrire ce texte qui je l’espère,

servira à informer les gens sur ce qui régit les policiers en matière d’emploi de la force au Québec.
L’article 25 (3) du Code criminel stipule qu’un policier est autorisé à utiliser une force susceptible de causer des lésions corporelles graves ou la mort (donc on y inclus bien sûr l’usage de l’arme à feu) s’il a des motifs raisonnables de croire que cette force est nécessaire afin de se protéger lui-même ou toute autre personne contre des lésions corporelles graves ou la mort.
Pour sa part, le Tableau de la problématique de l’emploi de la force dicte le niveau de force policière approprié en fonction du niveau de résistance du contrevenant. Évidemment, plus le niveau de résistance est élevé, plus le niveau de force policière le devient.
Depuis cet événement, il a été véhiculé par les médias que les policiers impliqués auraient eu une altercation physique avec un groupe d’individus. Si l’on s’en tient à ces éléments, est-il possible de croire que lorsqu’on est attaqué par plusieurs individus, on risque de subir des lésions corporelles graves ou même la mort et ce, même si ces gens ne sont pas armés à première vue? Même si elle déplait à plusieurs de nos détracteurs, la réponse est oui. Cessez de penser que nous détenons des techniques miraculeuses à la Jacky Chan ou Steven Seagal. Ce sont des acteurs et ils jouent dans des films. Robocop aussi c’est un film. Je pourrais vous défiler une liste de noms de policiers canadiens et américains qui ont été tués en devoir après s’être battus avec des gens sans arme. Et certains de ces flics étaient des armoires à glace. Imaginez coups de poings, coups de pieds en rafales, étranglement, désarmement pour ne citer que ces possibilités.
Le Tableau de l’emploi de la force et la formation qui l’encadre indiquent sans aucun doute que lorsqu’on est en combat avec un groupe d’individus, on fait face à une agression physique grave. Et le niveau de force policière correspondant est l’ARRÊT. Le mot le dit, on doit arrêter la menace dans l’immédiat. Si toutes les autres techniques ne peuvent fonctionner, l’arme à feu devient l’outil approprié. Et je peux vous dire que le poivre de Cayenne et le bâton rétractable peuvent rapidement devenir des armes inappropriées à cause de leur incertitude à nous sortir d’une telle position dans l’immédiat, sans compter les risques que ces armes ne soient utilisées contre nous. Encore une fois, sans improviser (comme certains le font) sur ce qui est survenu ce soir-là à Montréal-Nord, est-il possible de croire que le policier qui a fait feu ait atteint ce seuil critique? Si ce policier a jugé qu’il lui était impossible de se sortir de cette position en utilisant une arme intermédiaire, ce sera à lui de l’expliquer aux instances en place le moment venu et ces instances se baseront principalement sur…l’Article 25 du Code criminel et le Tableau de l’emploi de la force. Peut-on le présumer innocent et de bonne foi jusqu’à preuve du contraire, au lieu de le pendre publiquement comme certains le font depuis 2 semaines?
J’espère que mon texte servira à informer le monde sensé de notre société car je sais que pour certains, on aura beau leur mettre l’évidence en face, ils n’appuieront jamais l’action des policiers. Le SPVM compte des experts qui auraient pu être mandatés simplement pour apporter cette précision et ainsi informer les gens. On aurait souhaité que cela soit fait et je ne crois pas qu’une telle mise au point aurait nuit à l’objectivité de la politique ministérielle puisqu’elle n’évoque pas les faits mis en cause.
En terminant, j’aimerais souligner mon exaspération face à ce phénomène de déresponsabilisation qui existe dans la nature humaine. Personne ne croit que le jeune homme qui est mort (et non ce n’est pas un enfant) méritait ce triste sort. Cependant, si les hypothèses que j’ai soulevées s’avèrent fidèles à ce qui s’est produit, il demeure néanmoins le seul artisan de son malheur. En tant que citoyen, on doit être conscient et avisé que si on s’en prend à un policier et qu’on l’oblige à utiliser la force nécessaire pour se défendre, cela peut aller jusqu’à se faire tirer dessus.
Nous avons tous des êtres chers qui nous attendent à la maison après notre quart de travail. Nous faisons ce métier parce que nous croyons en son sens. Par contre, aucun d’entre nous n’est prêt à y laisser sa vie dans de telles circonstances. N’oubliez pas une chose, si ce policier avait été tué par celui qui le fut, les rôles auraient été inversés. On aurait assisté aux funérailles civiques d’un héros mort en devoir et au procès d’un criminel.
Merci de m’avoir lu et bonne réflexion. »




 
   




 
 






Retour à la liste des nouveautés









*** Ma Planète ***