ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :


MENU:        



Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie



C'était à...
 
Proposé par : Chayma_Rguigui
Ajouté le : 09/19/2018
Catégorie : Souvenirs
Vues : 53
Commentaires : 12


   La vie se charge de déplacer les personnes et les choses, de bousculer les lieux et les paysages. La ville qu’on a connue dans son enfance et qu’on a quittée n’existe plus, mais elle reste au fond de soi comme un domaine préservé, souvent visité et regretté.

   Parfois, sur un marché, au début de l’été, la vue d’un plumbago, fleur délicate aux pétales bleu pâle, transperce le cœur d’une émotion d’abord indéfinissable, puis peu à peu, on comprend que c’est l’émotion qui naît d’une réminiscence, d’une impression de « déjà vu », de la révélation d’un fragment du passé.

 Et voilà que simplement en fermant les yeux, on retrouve des sensations, des images ; une barrière en pierre le long de laquelle court une profusion de plumbagos. C’est la barrière du jardin du professeur de piano. On entend le grincement de la porte qu’on pousse avec la roue de la bicyclette, on prête l’oreille aux accords d’une sonate de Beethoven. On distingue le bourdonnement des abeilles autour des fleurs, on perçoit le pas régulier d’un cheval tirant une calèche; tous les bruits, tous les sons reviennent à l’esprit, à l’oreille et on reste là, devant la fleur, dans ce temps suspendu.

 On ne sait comment démêler ces émotions, plongé qu’on est dans la recherche des souvenirs ; est-ce de la joie, de la douceur ou de la tristesse, de la mélancolie ? C’est en réalité le chagrin intime qu’on ressent devant une perte, le regret de ne plus pouvoir retrouver ce qui manque à jamais, c’est le mal du pays, c’est la nostalgie.

 Nostalgie d’un pays âpre où l’ombre est glaciale en hiver et le soleil brûlant en été ; nostalgie d’une ville, kaléidoscope multicolore où se combinent le rouge brique des maisons, le vert des tuiles vernissées, le bleu profond du ciel, le jaune du mimosa, le violet des bougainvilliers !

 Nostalgie des étés torrides où le soleil immobilise toute vie, où les persiennes fermées préservent l’ombre et gardent l’odeur du concombre et de la pastèque. Regret douloureux des plongeons dans une piscine dont l’eau fraîche apaise toutes les brûlures.

 Mais surtout nostalgie de l’enfance.

 Les petites maladies sont des moments heureux veillés par des grands-mères qui chantent dans une langue étrangère des chansons qu’on ne comprend pas et qui donnent envie de pleurer de tristesse et de bonheur. Les jours de fête, la maison s’emplit des odeurs les plus délicieuses ; odeur de la fleur d’oranger, de l’œillet poivré, des roses pompon ; odeur du bois de cèdre qui s’échappe en fumée d’un brûle-parfums ; odeur des plats les plus exquis où se mêlent la cannelle, le gingembre et le clou de girofle…

 L’école est le lieu des amitiés passionnées, celui de tous les jeux, corde à sauter, gendarmes et voleurs, un, deux, trois soleil, marelle… La rue, le terrain de sport des copains du quartier. De temps en temps la petite troupe d’enfants s’écarte pour laisser passer des dromadaires majestueux au pas lent et silencieux…

 Ces évocations semblent ensoleillées, magiques, et pourtant elles laissent au cœur ce déchirement, cette peine extrême que l’on éprouve devant ce qu’on désire encore si fortement et que l’on n’a plus. Les dromadaires ont laissé la place à des voitures bruyantes, les lilas du Japon qui embaumaient l’espace ont été coupés, les amis se sont dispersés. Le tourisme a modifié la ville.

La nostalgie ressuscite un univers où images, sons, odeurs, couleurs, se mêlent et se fondent, dans une symphonie profonde, à la fois douce et amère,douce de la beauté d’un monde rêvé,amère de la douleur d’un monde perdu. 

[[email protected]_Reguigui]




 
 






Retour à la liste des nouveautés









*** Ma Planète ***