ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
BLOGUES  
 
Un conte d'Halloween!
A été vu :: 331
Ajouté le 10/19/2010 23:40:40 par aimee

Pas de médaille pour Josépha !

Ce matin là, tout le potager était en émoi. Les insectes qui passaient de feuille en feuille prendre leur petit déjeuner de rosée avaient fait circuler la nouvelle: Josépha, la jeune citrouille, ne voulait plus grossir. Elle refusait de manger au grand désespoir de ses parents.
Tout avait commencé quelques jours plus tôt, lorsque Amédée le voisin était venu faire le tour du potager. C'est lui qui avait donné les graines de citrouille au vieux François et il venait admirer le résultat.
C'est ainsi que l'on apprit que le vieux François s'était inscrit au concours de la plus belle et de la plus grosse citrouille. Il pensait avoir toutes les chances de gagner si Josépha continuait à grossir aussi harmonieusement. Avant de poursuivre sa visite, Amédée raconta comment il avait remporté la médaille deux années auparavant, et comment sa citrouille avait été découpée en plein de morceaux que l'on avait ensuite distribués aux visiteurs.
Josépha fut d'abord très fière d'être ainsi remarquée, mais lorsqu'elle apprit le sort réservé à la gagnante, elle fut prise de panique. Dès que les deux hommes se furent éloignés, elle regarda sa mère, horrifiée, et lui cria :
- "Je ne partirai jamais d'ici, Maman, tu m'entends, jamais ! "
Et elle se cacha sous les feuilles. Les parents de Josépha eurent vite fait de comprendre que la citrouille que l'on avait découpée en si petits morceaux n'était autre que la grand-tante Sidonie, réputée pour sa monstrueuse gourmandise.
Le vent léger qui se leva ce soir là répandit la nouvelle bien au-delà des murs du potager.
Inutile de dire que Josépha passa une mauvaise nuit; pleine de cauchemars tous plus affreux les uns que les autres. Personne ne dormit d'ailleurs, pas plus les parents de Josépha que les autres habitants du jardin.
Quelle mouche avait donc piqué le père François pour qu'il ait une idée pareille ? Lui si gentil, si attentif ! Mis à part les mauvaises herbes, personne n'avait à se plaindre de lui. C'était un excellent jardinier qui apportait autant de soins aux fruits et aux légumes qu'aux fleurs. Eté comme hiver, il était dans son jardin du matin jusqu'au coucher du soleil. Même quand il faisait mauvais temps, il s'assurait que tous étaient protégés au mieux !
Bien sûr, et tout le monde le savait, arrivait le moment de la cueillette, et celui des adieux avant de glisser dans le panier d'osier où le vieux François vous déposait avec précaution. Mais ce n'était pas pour aller n'importe où. Le grand panier d'osier gagnait la cuisine de Clémentine, la femme du vieux François, une cuisinière renommée. Etre mijoté par Clémentine était un véritable honneur, et si les fruits et les légumes se donnaient autant de mal pour être les plus beaux et les meilleurs, c'était pour avoir la fierté de trôner sur les étagères sous forme de confitures et de conserves. Alors, une médaille !!!
Au fait, Clémentine était-elle au courant ?
Tout le petit monde du potager s'interrogeait encore quand le jour se leva. Le soleil qui aimait caresser ce joli coin de terre déversa du haut du ciel ses rayons et sa douce chaleur. Mais malgré ses efforts, les fruits et les légumes restèrent cachés. Le vieux François fit bientôt son apparition. Mais aucun de ses pensionnaires ne daigna sortir de dessous les feuilles.
Quelques jours passèrent ; la petite citrouille dormait si peu qu'elle commençait à perdre ses couleurs, ce qui désolait sa mère.
- " Josépha, ma petite fille, si tu voyais ta tête, tu vas finir toute maigre et toute ridée, mange un peu s'il te plait ! "
Sans le savoir sa mère venait de trouver la solution au problème de Josépha. Puisque, pour être présentée au concours, il fallait être la plus belle et la plus grosse, elle deviendrait la plus moche et la plus maigre des citrouilles qu'on ait jamais vues !
Josépha avait annoncé la nouvelle : elle ne voulait plus grossir, donc elle ne mangerait plus.
- " Tu ne peux pas faire ça, avait crié sa mère, tu m'imagines en train de te regarder mourir de faim ? "
- " Il y a sûrement une autre solution, avait ajouté son père, laisse-nous réfléchir, je t'en prie ! "
Josépha ne voulait rien entendre et, en désespoir de cause, on fit appel à Coquenvrille, le vieil escargot.
- " Je comprends ton chagrin, lui dit-il, et depuis que nous connaissons la situation, tous, nous cherchons une solution. Personne ici n'a jamais quitté la maison autrement que cuisiné par Clémentine, et encore seulement pour régaler ses enfants et ses petits enfants. Ce n'est pas avec toi que cela va commencer. Accordes-nous un peu de temps pour trouver une solution. "
Josépha accepta et Coquenvrille partit un peu rassuré. Il se dirigea vers le plan de salades où l'attendait Milanno, le ver de terre. Le vieil escargot avait longuement réfléchi. Il avait trouvé une idée et espérait que le ver de terre pourrait l'aider. Milanno écouta attentivement, puis il donna rendez-vous à Coquenvrille le soir même au pied de la jeune citrouille. Le plan lui semblait tout à fait réalisable mais il lui fallait l'avis des principaux intéressés.
A l'heure où le jardinier fumait sa dernière pipe de la journée, deux vers, un escargot et trois citrouilles discutaient au fond du jardin. Voilà ce qui fut décidé : Josépha deviendrait une grosse citrouille, si grosse que le vieux François ne pourrait plus la bouger. Dès qu'elle serait à ce point énorme, les petits vers de pomme creuseraient quelques trous dans sa chair, sans lui faire de mal, et sans que le jardinier puisse voir quelque chose puisque ce serait sur la partie cachée.
Josépha se concentra si bien sur sa mission qu'elle tripla de volume en l'espace de deux semaines. Le vieux François, qui ne pouvait plus la bouger, ne cachait pas sa joie. Les petits vers décidèrent qu'il était temps d'agir et se mirent à creuser, en experts, cinq trous qu'ils agrandirent ensuite. La jeune citrouille supporta très bien l'opération et continua de grossir sous la surveillance des vers de pomme.
Puis un soir, Josépha vit arriver Milanno.
- " Josépha, tu ne verras pas les vers de pomme ce soir, ils doivent trouver un abri pour des vers luisants de leur famille, et le temps presse.
- Je peux peut-être les aider ? proposa Josépha. Crois-tu qu'ils auraient assez de place à l'intérieur de mon ventre creux ?
- Mais oui, mais oui, c'est une excellente idée, et je vais de ce pas chercher tes invités ! "
C'est ainsi que Josépha devint un hôtel cinq étoiles, cinq fenêtres éclairées le soir par les lanternes des vers luisants.
Quand Pierre, le fils du vieux François, vint à la Toussaint, le jardinier lui demanda de l'aide pour retourner Josépha. Il voulait l'inspecter de plus près. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant les trous creusés par les vers ! Josépha était défigurée, adieu la médaille et adieu le concours !
Le vieux François était effondré. Il était dans un tel état que son fils décida de rester jusqu'au lendemain matin. La soirée fut bien triste et le vieux François alla se coucher de bonne heure. Clémentine ne tarda pas à le rejoindre et Pierre en profita pour faire un tour de jardin. Ses pas le menèrent doucement jusqu'au fond du potager et c'est ainsi qu'il découvrit Josépha comme éclairée de l'intérieur. Une pâle lumière filtrait des trous creusés par les vers. On aurait dit deux yeux, deux narines et une bouche.
Il sortit de sa poche une drôle de boite sur laquelle il se mit à taper du bout du doigt et qu'il posa ensuite contre son oreille.
- " Allô… Evelyne ? fit-il en s'éloignant.
- Qu'est-ce qu'il a dit ? demanda Josépha à sa mère.
- Hallo... ween… Je crois ! " 
  
Viviane Cuny


Mots-clés: Halloween - Citrouille-



Retour à la liste des nouveautés


*** Ma Planète ***