ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
BLOGUES  
 
LES FRÈRES KPUACHI SONT MORTS ET LEUR OTAGE EST SAIN ET SAUF UNE DES 2 OPÉRATIONS EST UNE RÉUSSITTE À 100% BRAVO À TOUS LES POLICIERS DE PARIS
A été vu :: 14
Ajouté le 01/09/2015 11:31:38 par Louise_Bourgoin

Accueil > 

Dernière heure
En direct

Publié le 09 janvier 2015 à 06h02 | Mis à jour à 11h11

 


De la fumée s'échappe de l'imprimerie où se trouvent les frères Kouachi.

PHOTO JOEL SAGET, AGENCE FRANCE-PRESSE

 

Dossiers >

 

International
Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Nicolas GUBERT, Valentin BONTEMPS
Agence France-Presse
DAMMARTIN-EN-GOËLE
 

Les forces de l'ordre françaises ont lancé l'assaut vendredi contre les deux frères djihadistes accusés de l'attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo, retranchés dans une imprimerie au nord-est de Paris, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Les frères Kouachi seraient morts alors que l'otage aurait été libéré sain et sauf.

 

Chérif et Saïd Kouachi

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

 

Peu avant 16 h GMT (11 h à Montréal), des détonations et des explosions ont été entendues et de la fumée a commencé à monter depuis le site, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place.

L'assaut a été lancé par les policiers du GIGN (Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale).

Tireurs d'élite sur les toits, hélicoptères en survol stationnaire, salariés calfeutrés: la zone industrielle du nord-est de Paris où les deux djihadistes auteurs présumés de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo se sont retranchés était en état de siège vendredi.

«Ma fille m'a dit : Maman, n'aie pas peur, on est bien protégés. Elle est sereine, mais moi, j'ai peur. J'ai trop peur», confie, des sanglots dans la voix, une dame de 60 ans, dont la fille est employée chez un traiteur local «dans la zone où sont cachés les terroristes».

«La société où elle travaille est protégée par le GIGN (NDLR, force d'élite de la gendarmerie française). Ils leur ont dit d'éteindre les lumières et de se calfeutrer», explique-t-elle.

Rues désertes, rideaux de fer des commerces abaissés, accès routiers coupés par les forces de l'ordre, Dammartin-en-Goële, petite commune de 8000 habitants proche de l'aéroport international de Roissy, est une ville morte plongée dans la brume.

Les frères Saïd et Chérif Kouachi, identifiés par les autorités comme les responsables de l'attaque contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts mercredi, se sont retranchés dans les locaux d'une imprimerie où ils retiennent un otage.

«C'est un petit bâtiment d'une centaine de mètres carrés», dit Thierry Chevalier, adjoint au maire d'Othis, à 3,5 km. En temps normal, cinq personnes y travailleraient.

Situé en marge d'une zone boisée, le secteur abrite l'une des plus grandes zones d'entrepôts de France, avec des bâtiments appartenant à de nombreuses entreprises et artisans, tous alignés le long d'une route nationale.

«Nous avons des tireurs d'élite sur le toit du dépôt (...) Nos salariés sont protégés à l'intérieur par des cordons de police», décrit Marcel Bayeul, un syndicaliste du groupe de logistique Kuehne Nagel, qui dispose d'un site sur place.

 

Amicalement De Louise

Les 5 otages de la place de Vincenne sont sains et saufs...

 



Retour à la liste des nouveautés


*** Ma Planète ***