ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
klovisosmane
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 
Danieljean 15 avril 2018 La fête des corps n'a pas d'âge pour ceux qui acceptent que les caresses et les abandons puissent s'offrir et se recevoir sans s'imposer, sans exigence, sans aucune censure.



mem_normal HORS LIGNE

Homme
49 ans
Alger
Autres

Aujourd'hui, je me sens.. à l'écoute à l
En ce moment… En forme!








MEMBRE DEPUIS: 05/28/2019
SIGNE ASTROLOGIQUE: Balance
DERNIÈRE CONNEXION: 12/03/2020 01:53:10






Pas de sujet
Mes sujets: 0  Sujet anonyme: 0
Voir plusVoir plus

De: Privé
De: Privé
De: Privé
De: Privé


























- Ballade pour Adeline - André Rieu.
- André Rieu - Nightingale Serenade (Toselli's Serenade).
- Andre Rieu - Concierto de Aranjuez.
- Boléro (Ravel) - André Rieu.
- Zorba's Dance (Sirtaki) - André Rieu
Rod Stewart - Sailing.








Il y a les larmes...
Louise Dupré

Il y a les larmes des folles tristesses
et des peines minuscules
celles de la colère
plus pointues que des couteaux
plantés dans la poitrine
les larmes d’impuissance
si on me punit
sans me donner la chance
d’expliquer mes raisons
et les sanglots de joie
que versent
les personnages dans les livres
quand le bonheur est si vif
qu’il en avale sa langue
Pourtant je préfère rire ou crier
ou esquisser quelques pas de danse
car il me pousse parfois
des ailes dans la bouche
Et je joue le jeu des anges
ou des cerfs-volants.












Parfum
Villebramar

Je regarde des photos de celles que j’ai aimées.
Vous ne les trouverez dans aucun album, je les vois, pourtant, dans la forêt sombre de ma mémoire.
Comme elles se ressemblent !
Visage ovale, très fin, regard très doux, sont-elles une ?
Est-elle plusieurs ?
Je regarde les photos de celles qui m’ont aimé.
Un jour ou mille nuits ; une vie, ma vie avant, ma vie après, avant qui ? après qui ?
Toutes semblables, et toutes différentes, une et plusieurs, pour une vie.
Je recherche dans mes cahiers des notes sur celles que j’ai aimées, qui m’ont aimé.
Pas forcément les mêmes ; pays à multiples provinces ; plaine et coteaux, brouillards et grands soleils. Une ou plusieurs ?
Je retrouve dans mes valises des lettres manuscrites qui disent des bonheurs simples.
Des malheurs simples.
Visage ovale, regard très doux ; comme un parfum qui dure.
Villebramar, 2019




>













Bruler!
Papa!
Vol!
[ Voir tous mes blagues ]


Le bonheur retrouvé
A un ami!
L'amour caché.
Le présent embellit du passé.
Après trois ans
[ Voir tous mes poeme ]
La glycine
Premier Amour
[ Voir tous mes poeme ]



Entraide
CONNAISSEZ-VOUS LA RÈGLE...
[ Voir tous mes belleschoses ]































Il est d’étranges soirs.
Albert Samain

Il est d’étranges soirs, où les fleurs ont une âme,
Où dans l’air énervé flotte du repentir,
Où sur la vague lente et lourde d’un soupir
Le cœur le plus secret aux lèvres vient mourir.
Il est d’étranges soirs, où les fleurs ont une âme,
Et, ces soirs-là, je vais tendre comme une femme.



Il est de clairs matins, de roses se coiffant,
Où l’âme a des gaietés d’eaux vives dans les roches,
Où le cœur est un ciel de Pâques plein de cloches,
Où la chair est sans tache et l’esprit sans reproches.
Il est de clairs matins, de roses se coiffant,
Ces matins-là, je vais joyeux comme un enfant.



Il est de mornes jours, où las de se connaître,
Le cœur, vieux de mille ans, s’assied sur son butin,
Où le plus cher passé semble un décor déteint
Où s’agite un minable et vague cabotin.
Il est de mornes jours las du poids de connaître,
Et, ces jours-là, je vais courbé comme un ancêtre.



Il est des nuits de doute, où l’angoisse vous tord,
Où l’âme, au bout de la spirale descendue,
Pâle et sur l’infini terrible suspendue,
Sent le vent de l’abîme, et recule éperdue !
Il est des nuits de doute, où l’angoisse vous tord,
Et, ces nuits-là, je suis dans l’ombre comme un mort.



Le matin se lève...
Louise Dupré

Le matin se lève toujours trop tôt
car le cœur ne vibre
que la nuit, dans le noir
recouvrant les rêves
un doux velours tendu
à la fenêtre, le verbe aimer
conjugué au futur
le contour d’une silhouette
encore inconnue
mais qui viendra un jour
dans ma vie
je la reconnaîtrai à ses lèvres
suspendues à la mer
ou à sa passion
pour les langues laissant chanter
leurs voyelles
Il faudra me fier à ces antennes
qu’on sent parfois sous la peau
ces frêles antennes
de papillon en éveil.





klovisosmane a 32 ami(e)s


Aucun ami commun





CLIQUEZ ICI POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE DANS MA PAGE

Retour à la liste des nouveautés



*** Ma Planète ***