ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

un rêve ...


 
Proposé par : bob69
Ajouté le: 03/01/2015
Catégorie : Tristes
Consultations : 7
Commentaires : 1




Un rêve …
Nous étions une dizaine à avancer sans rien dire ! Hommes Femmes et enfants . La cavité , à mesure de notre progression rétrécissait ou semblait rétrécir . Nos lampes frontales perçaient l’ obscurité lourde de poussière ! Le silence pesant était entrecoupé par des respirations , des toux profondes .
L’ aven du début se muait maintenant en un boyau aussi bas de plafond qu’étroit de cotés ce qui nous obligeaient à présent , à ramper !
Devant , à la tête de ce défilé de vers de terre  , il y avait une jeune Femme , derrière moi , une Mère et son fils plus en arrière encore , nos lampes aussi loin quelles pouvaient porter , laissaient entrevoir d’autres silhouettes qui avançaient avec une difficulté plus grande ! Mes coudes , genoux mains et crane portaient des stigmates causés par la roche acéré !
La jeune femme de tête s’ arrêta et demanda si tout le monde arrivait à suivre ! Combien de temps étions nous dans cette inconfortable situation ? Je n’ en avais aucune idée ! Nous étions tous à bout de souffle mais il fallait continuer , nous ne pouvions plus faire demi-tour ! Une chanson me vint en tête , ( on avance on avance car on a plus assez d’ essence pour faire demi-tour , aller dans l’autre sens )…
La claustrophobie commençait à gagner certains , des hurlements se firent entendre , des cris étouffés puis le silence revenait , à chaque fois , je me retournais du mieux que je pouvais , là , je constatais avec effroi qu’ il manquait des formes , des êtres qui avaient succombés sous la difficulté et l’épuisement .
Après des centaines de mètres parcourus dans cet étroit passage comportant même à certains endroits des goulots ou nos épaules passaient grâce à des contorsions dont je ne doutait même pas en être capable ! Ces étranglements agissaient comme une sélection , les personnes un peu fortes abandonnaient dans la douleur et la panique .
Je sentais derrière moi le garçon qui s’ accrochait à l’ une de mes chaussures et sa Mère lui lançant des cris d’ encouragement ; devant , la jeune Femme semblait m’ attendre , seule , elle serait déjà bien plus loin ! Sa jeunesse et sa condition physique étaient de son côté .
Un cri soudain me stoppa net ( Maman !!! ) le jeune garçon lâcha mon pied …Maman est tombée dans un trou !!! Puis après un dernier cri , le silence …plus rien ; j’étais dans l’ impossibilité de regarder en arrière mais j’ avais compris que nous ne les verrions plus , le sol sous le poids avait cédé emportant Mère et fils !
Épuisé , la gorge nouée par l’ émotion les larmes envahirent mes yeux qui avec la poussière firent comme un plâtre … c’est dans le noir total que je repris ma progression ! Pourquoi continuer ? Pour arriver ou ? J’ avais envie d’ arrêter , de m’ endormir là , pour toujours quand la voix de la jeune femme me rappela à l’ ordre ! Monsieur !!! Prenez mon pied , il faut continuer ! Accrochez vous , Je vois une faible lueur à quelques dizaines de mètres !
Une impression de plus d’ espace , d’air aussi , nous pouvions bouger avec plus de facilité , c’est à tâtons que je rejoignis ma compagne de galère , nous étions dans une petite salle ou des goutes d’ eau tombaient sur nous ! Toujours allongés , nous nous endormîmes épuisé l’ un contre l’autre en nous remerciant mutuellement …
Les yeux partiellement lavés par l’eau qui tombait de la voute , ma lampe était arrivée à bout de vie ! Je tenais toujours dans mes bras cette femmes qui m’ était inconnue , qui s’ était souciée de ma petite personne ; d’ une main , en faisant attention de ne pas la réveiller , je caressais ses cheveux puis son visage froid ! Je mis ma tête contre sa poitrine immobile ou son cœur avait cessé de battre .
C’est dans le silence et le noir que je m’ endormis à mon tour !
RD.
 


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***