ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

L'attente


 
Proposé par : charlesbourg
Ajouté le: 07/09/2008
Catégorie : Textes en proses
Consultations : 343
Commentaires : 0




v:* {behavior:url(#default#VML);} o:* {behavior:url(#default#VML);} w:* {behavior:url(#default#VML);} .shape {behavior:url(#default#VML);}

L’attente p.11

 

Albert Lozeau, poésies : l’Âme solitaire 1902-1907. 

 
Mon cœur est maintenant ouvert comme une porte.
Il vous attend, ma bien-aimée, y viendrez-vous ?
Que vous veniez demain ou plus tard, que m’importe !
Le jour, lointain ou proche, en sera-t-il moins doux ? 
 
Ce n’est point un vain mal que celui de l’attente;
Il conserve nouveau le plus ancien désir.
L’inattendu bonheur dont la venue enchante
Passe, à peine en a-t-on su goûter le plaisir. 
 
Et l’on s’en va criant l’inanité des choses,
Pour ne s’être jamais aux choses préparé,
Insensé, qui repousse un frais bouquet de roses,
Accusant le parfum qu’il n’a pas respiré. 
 
Une heure seulement de pure jouissance,
Pourvu que Dieu m’accorde un quart de siècle entier
De rêve intérieur et de jeune espérance,
Pour méditer sur elle et pour l’étudier. 
 
Pour ordonner l’instant suprême qui décide,
Pour que rien ne se perde et que tout soit joie
Jusqu’à la moindre miette, et que le temps rapide
S’envole, n’emportant que de l’évanoui ! 
 
Une heure suffira.  J’aurai vécu ma vie
Aussi pleine qu’un fleuve au large de son cours,
L’ayant d’une heure, mieux que de jours fous, emplie;
D’une heure, essence et fruit substantiel des jours ! 
 
Mon cœur est maintenant ouvert comme une porte.
Il vous attend, ma bien-aimée, y viendrez-vous ?
Que vous veniez demain ou plus tard, il n’importe !
Mon attente d’amour fera de telle sorte. 

Que mon lointain bonheur en deviendra plus doux.

 

--------

-------------
 Albert Lozeau, est malheureusement devenu un poète remisé sur les tablettes et tombé dans l’oubli, mais ses œuvres poétiques sont d’une grande classe.  Lozeau avait un talent exceptionnel.  Il est de la même trempe qu’Émile Nelligan (1879-1941), un autre grand poète.
Bref, nos auteur(e)s Québécois(e)s, devraient être lus plus souvent…..  
 
Source pour ce poème : Albert Lozeau, Poésies complètes, l’âme solitaire, tome I, édition définitive, 1925, p. 11
Baptisé Charles-Joseph-Albert Lozeau (1878-1924), fils aîné de Joseph Lozeau, haut fonctionnaire et protonotaire à la cour Supérieure de Montréal et Adèle Gauthier (Séraphin Gauthier + Phoebee Lyons).   Albert Lozeau était un poète Québécois.
Quelques jours avant sa mort si inattendue, il  avait choisi et classé les poèmes qu’il voulait inscrire dans l’édition définitive de son œuvre poétique. Il les avait fait précéder d’une préface de M. l’abbé F. Charbonnier, Docteur en lettres de l'Université de France d’une note personnelle qui rends aujourd’hui un accent pathétique à cet ouvrage.
Il avait même réglé les détails matériels de l’édition.  Les  amis qui ont eu l’honneur d’assurer la publication de cette œuvre n’avaient donc plus qu’à exécuter le plus fidèlement possible les volontés de l’auteur.  Ils l’ont fait avec un pieux scrupule.
Albert Lozeau est décédé à Montréal, (quartier Maisonneuve) à l’âge de 46 ans.  Son ouvrage littéraire : Poésies complètes publiées en trois volumes en 1925-26, l'aura été à tire postume.
Pour lire d'autres poésies d'Albert Lozeau, voir :
http://www.poesies.net/albertlozeau.html


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***