ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

La reine des fleurs.


 
Proposé par : marginal07
Ajouté le: 02/02/2008
Catégorie : Textes en proses
Consultations : 442
Commentaires : 0





La reine des fleurs.


Admirée dans tout le jardin, une rose ouvrait ses pétales et faisait l’orgueil de l’entourage.


Son arôme se sentait de loin..


Il y avait des dizaines d’autre fleurs autour d’elle, toutes aussi belles les unes que les autres, mais l’attention se tournait toujours vers cette rose.


Accroupi, un petit garçon la regardait d’un air songeur..


Il pouvait cueillir les autres fleurs sans danger, mais celle-là elle portait des épines.


La nature l’avait bien préservée.


Cependant, elle vieillissait comme toutes les autres, elle pouvait même se faner à la chaleur.


Sa supériorité était seulement dans sa beauté.


Les autres fleurs l’enviaient beaucoup, elles auraient tant voulues avoir son élégance.


Et la rose savait bien que sa beauté dépassait beaucoup les autres fleurs.


Elle était très gâtée d’affection, un peu flattée par les révérences de ses voisines.


L’automne était loin encore, elle avait tout l’été devant elle..


Puis, elle se sentie secouée tout à coup..


Le petit brisa sa tige et la cueillie sans qu’elle aie pu résister.


 


 


Telle une fleur piétinée, ainsi Véronica mourut tragiquement,


accidentellement a-t-on dit.


Faible écho funèbre quand son nom fut prononcé fatalement sur les ondes.


Drame fracassant au souffle du désespoir lorsque son joli visage est apparu dans le journal.


Véronica est morte!


Tant de raisonnements dans le coeur de ceux qui l’ont connue et chérie.


Eux qui aujourd’hui dans leur âme pleurent sa perte.


La mort vient tel un fracas de foudre et rafle tous tes rêves.


On te couche dans un cercueil, puis on ensevelit ton corps dans la terre.


Une épitaphe à ton nom gravé surplombe ta dépouille pour le reste des siècles.


 


Hélas! Dans ce monde où nous vivons , cette triste histoire s’est répétée trop de fois.


Des enfants tués brutalement, des adolescents à peine éveillés à la vie affrontant tragiquement cette horrible destinée qui sans suite blesse leurs proches pour le reste de leurs jours.


Est-ce juste d’aimer un enfant jusqu’à l’âge de raison pour le perdre ainsi sans raison aux griffes de ce cruel destin funèbre?


Je pleure souvent pour les suicidés; ces coeurs affligés qui au désespoir de leur vie sans joie ont haussé leur voix à cause de ce vide insoutenable


qui leur enlevait toutes joies à la vie..


Est-ce un Dieu sourd qui à l’écho de leur détresse est demeuré froid comme le marbre de leur sépulture?


J’entends souvent des sanglots, les pleurs de ceux qui gémissent dans la


douleur de ne plus les revoir.


Et ce destin trop déchirant nous désespère, choquant notre âme..


Et certains plus affligés encore se révoltent contre Dieu, l’injuriant même, impuissants et démunis devant un tel drame.


On pleure toutes les larmes de notre corps, qui se tarissent en un deuil


déchirant nous laissant seuls avec notre peine.


 


Mais j’ai compris un jour que Dieu au-dessus de nous a une toute autre vision des âmes que nous les humains avons sur le corps.


Arracher une fleur à la vie peut être aussi tragique pour sa voisine


que pour ton meilleur ami qui te verrais périr accidentellement


sous ses yeux.


Il y a une relation entre les humains et les fleurs;


Entre notre supériorité et leur infériorité..


Mais Dieu ramène la fleur jusqu’à l’âme humaine.


Une jeune fille peut avoir la fragilité d’une fleur.


On aime une personne amoureusement, on lui offre une fleur.


Et un jour dans un jardin, j’ai rencontré une fleur bien particulière..


Voici mon histoire...


J’étais alors petit garçon et je me promenais dans un grand jardin.


Il y avait une jeune fille qui s’y promenait aussi..


Elle prenait plaisir à cueillir des fleurs.


Ensuite, elle les emportait à son fiancé avec qui elle savourait ces doux parfums.


C’était beau à voir, mais dans le fond c’était triste de couper de la vie des fleurs qui auraient pu vivre encore bien des jours.


Mais qu’est-ce qu’une fleur peut bien penser lorsque sa voisine se fait emporter?


J’ai interrogé une de ces fleurs...


Bonjour mademoiselle la tulipe..

Bonjour.. Me répondit-elle.

Qu’est -ce qui te rend si triste?


Elle se mit à pleurer..


Des gouttes de rosée perlaient sur sa tige.


La jeune fille a emporté ma meilleure amie..


Je suis toute seule maintenant.


Je suis désolé pour toi, j’aimerais tant calmer ta tristesse.


Mais elle pleurait encore plus fort.


Mais voyons, tu n’es pas seule, regarde autour de toi


il y a des centaines d’autres fleurs..


Une amie de plus ou de moins..


Elle devint en colère et s’agita...


Tu es comme les autres humains, tu ne sais pas comprendre les fleurs.


C’était ma seule amie, elle était la seule qui me comprenait.


et je l’ai même vue naître à mes pieds.


Elle était très jeune, je l’aimais jusqu’au plus profond de moi.


Durant des jours et des nuits je suis demeurée toute seule.


Je regardais les autres fleurs et je me sentais à part..


J’étais la seule tulipe du champ.


Puis un jour, la terre l’enfanta.


Elle naquit juste à côté de moi.


J’étais très heureuse d’observer sa petite tige qui se développait.


Je me sentais responsable d’elle.


Quand le soleil était trop chaud, je la couvrais de mon ombre..


Si sa terre était trop sèche, je lui donnais à boire, versant sur sa


petite tige un peu de cette rosée du matin que je gardais pour elle


au fond de mon calice.


Elle s’accrochait, elle me couvrait d’affection.


On apprit vite à s’aimer.


La nature nous gâtait bien.


Nous avions fait un projet, c’était de s’unir aux autres fleurs,


croiser notre espèce avec une autre, puis quand toutes les espèces se seraient unies, voir apparaître au milieu de nous la plus belle des fleurs.


Une fleur si belle qu’elle serait notre reine.


Le but de chacune de nous aurait été de lui rendre des révérences.


Tu comprends maintenant pourquoi je pleure.


Pris de compassion, je plantai près d’elle une graine de tournesol.


Voilà, j’aime planter ces graines un peu partout.


C’est une fleur immense qui saura bien te protéger.


Elle ressemble à une marguerite géante.


Une marguerite géante! S’exclama-t-elle..


Mais ça sera fantastique d’avoir une fleur géante près de moi.


Peu à peu , elle se consolait, j’avais gagné son amitié.


“Non”..Me dit-elle.


Tu n’es pas comme les autres humains..


Tu as l’air sensible aux fleurs, tu as gagné ma confiance.


Oui, et ce tournesol te rappellera mon passage.


Tu verras, lorsqu’il aura grandi, il te protégera et fera de l’ombre sur toi .


Mais la tulipe savait bien qu’elle ne survivrait pas si longtemps


puisqu’elle n’est qu’une fleur saisonnière.


Le tournesol arrive à maturité au coeur de l’été.


Tu sais que je ne suis qu’une fleur saisonnière et que je ne vivrai pas


tellement longtemps.


Je me sentais maladroit, je ne savais comment lui donner de l’espoir.


Mais quand même, je sentais chez elle une certaine sécurité qui semblait la consoler.


Mais comment connais-tu marguerite lui demandai-je?


C’est une fleur qui vient bien après toi.


Un peu hésitante, elle voulait me confier quelques secrets;


l’esprit attentif, je me penchai vers elle regardant de près ses pétales.


Elle s’agitait avec élégance, murmurant quelques mots,,


Ce qui enflait mon coeur de rêveries.


Ta fleur nous aidera grandement tu sais.


L’amour que tu as pour moi me fera prospérer tout l’été durant.


À la mi-printemps, lorsque je vais m’évanouir, je penserai à toi..


Et la mort me fera transcender dans des expressions plus élégantes encore.


Et si le destin le veut, je deviendrai une pivoine, tu pourras alors te délecter de mon parfum..


Mais le plus beau cadeau pour moi ça serait se devenir une rose..


Et c’est là mon plus cher désir.


C’est donc pour ça chère tulipe que tu veux que les fleurs se croisent?


Oui, afin de nous parfaire dans des expressions plus divines.


Et la rose n’est-elle pas la fleur préférée des dieux?


J’embrassai mon doigt, et je touchai un de ses pétales.


Je suis certain chère tulipe que bientôt une fleur merveilleuse apparaîtra au milieu de cet immense champ qui t’entoure.


En la saluant avec tous mes hommages, je suis reparti vers une autre ville..


Des mois, des années ont passé..


Jusqu’à ce qu’il y a cinq ans..


J’étais revenu visité avec nostalgie le village de mon enfance.


Et je suis revenu dans ce jardin.


Le mois d’août fleurissait dans toute sa maturité.


Le tournesol très fécond avait produit une douzaine d’autre fleurs.


Et quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’aperçu cette rose au beau milieu du champ.


Des pivoines, des chrysanthèmes, des jacinthes se mêlaient ensemble.


J’étais soulagé pour cette chère tulipe qui avait enfin réalisé son voeu..


Les fleurs avaient enfin élue leur reine...


marginal07


 


 


 


 



Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***