ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

♥ Pour une autre galaxie ♥


 
Proposé par : Doremi
Ajouté le: 10/07/2020
Catégorie : Méditation
Consultations : 6
Commentaires : 1




Bonjour,

Je vous présente un nouveau poème de mon ami et voisin "Loïc Lousouarn" ♥ Pour une autre galaxie ♥ agréable lecture,

Gilbert Doremi

   

Pour une autre galaxie

 

Verticalité, horizontalité,

Telle est notre origine

Entre les ombres grises qui s’agitent devant nos yeux.

Où nous situons- nous ?

A cheval entre ces deux mondes sans aucun doute.

Horizontalité, verticalité ?

Ramper ou s’envoler,

Choisit- on le train qui nous emporte ?

 

L’horizontalité masque le désespoir du quotidien

Un quotidien qui empierre notre chemin d’un enrobé obstiné.

 

La verticalité, c’est le lien qui nous rattache à la lumière du ciel

Cet inconnu qui brille au-dessus de nos têtes,

Une mer d’étoiles dans l’immensité cosmique.

C’est la pluie providence, c’est le temps espérance.

 

L’horizontalité, plus obscure que jamais,

 

Nous ancre au sol dans une fange possessive.

C’est l’esprit noir qui recouvre tout,

Le feu éteint, la fièvre qui brûle,

Un silence oublié sans limite.

L’horizontalité nous étouffe, nous étuve

Il est temps de libérer la grâce verticale

De son carcan bitumeux.

Il est primordial de pouvoir s’envoler au- delà de ses rêves

De sortir de sa vie terrestre.

Manger et boire ne suffisent plus.

Il faut libérer le mot, libérer la parole

Glorifier le verbe qui colporte tous les savoirs.

Toute compréhension passe par l’expression,

L’expression c’est le sacré, c’est la vie,

Et la vie ne peut pas être masquée.

Le masque est une forme d’internement

La jugulaire de la parole,

Une infirmité à la libre expression,

La sclérose de l’être, la stérilité de la voix clamée.

Il faut refuser la soumission de l’invisible,

 

Arracher le tissu fallacieux

Sortir de ce quotidien irrationnel.

Nous ne sommes pas une ébauche, une esquisse à la vie,

Nous sommes le germe étincelant du renouveau

Qui trace son trait dans le gras de l’existence

Dans un va et vient incessant.

 

L’immobilité, c’est la mort

L’inexpressif, c’est la mort

La privation, c’est la mort.

Le verbe ne peut plus rester masqué,

Le verbe doit pouvoir rire, pleurer, se mouvoir,

Le verbe ne doit pas mourir

Le verbe est parole, le verbe est mouvement, le verbe est esprit

Rien ne doit entraver sa circulation

Le verbe est source de toute imagination

Et l’imagination n’a rien à faire avec des fantômes figés.

Nous sommes libres, l’errance c’est la liberté

Nous revendiquons le droit à l’errance,

Le droit à l’aventure, à la rencontre, à la découverte de l’autre.

 

Nous revendiquons le droit au verbe

Le verbe doit se nourrir de la rue

Le verbe n’est pas un symbole, c’est un régénérateur de vie,

Le contraire de la peur immobile, de la parole muette,

La peur collective n’existe pas

C’est une créature d’une idéologie imposée

Qui s’inscrit dans les strates du pouvoir hégémonique.

Il suffit d’un seul œil, d’un seul sourire

Pour toucher au mystère de l’amour.

C’est juste une question de dosage, une question de doigté

Et les portes n’existeront plus

Et alors l’esprit individuel, l’esprit libéré

S’affranchira de la pensée universelle.

Toute pensée est rebelle, toute pensée est révolte

Toute pensée est unique et se lie au cosmos

Toute pensée est univers et prend acte

Aux travers des barbelés de l’aliénation

Des barbelés qui rouillent avec le temps

Et tamisent les scories de l’ignorance.

 

 

Le rouge et le noir se décolorent avec la nuit

Avec la méconnaissance de l’irrationnel.

Le verbe, c’est la maîtrise de la lumière articulée

La parole, c’est la verticalité sur le chemin de l’errance

Le mot dit, l’infini vers le champ du possible.

Il faut hurler à la lune, hurler son attachement aux étoiles

Hurler pour que la parole devienne verticale.

 

Pieds-nus dans l’herbe humide du matin

On touche au ciel, on traverse les astres

Immense espace aux strates infiniment petites

Infiniment grandes, une longue route face à soi- même.

Pieds-nus dans l’herbe de l’insoumission

On se grandit avec la verticalité du ciel.

Elève-toi, élève-toi !

Et hurle le bras tendu, hurle, hurle

Et gueule du poing à en faire tomber les masques.

 

L’horizontalité ne sera pas notre cercueil

C’est juste une base de décollage

 

Un truc pour aller explorer Les Univers

Pour survoler le marasme terrestre

S’aider de la verticalité pour exister

Et sortir de la cachexie*

Pour une autre galaxie.

 

                *Cachexie : état d’insuffisance extrême

       

 
What do you want to do ?
New mailCopy


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***