ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

A toi (qui que tu sois)


 
Proposé par : Bobodabanka
Ajouté le: 11/19/2017
Catégorie : Prière
Consultations : 51
Commentaires : 4




A toi qui me tiens entre tes doigts,
Qui donnes une issue à ma voix,
Qui me murmures tout bas,
Qui me portes à bout de bras,
 
A toi qui te demandes pourquoi,
Qui t'imagines je ne sais quoi,
Qui interprètes mais ne sais pas
Que j'improvise à chaque pas, 
 
A toi dont parfois je tombe des mains,
Qui liras peut-être demain
Les lignes de mon parchemin
Qui ne mènent à aucun chemin,
 
A toi qui m'inspires mon baratin,
Qui sur ma littérature déteins,
Qui me tires de mon pays lointain,
Qui m'étires du soir jusqu'au matin,  
 
A toi qui t'aventures dans mon cerveau
Qui reste toujours en travaux,
Qui se voûte comme un caveau
Mais qui s'élèvera de nouveau,
 
A toi que je course avec mon stylo,
Qui sors parfois de mon enclos
Mais qui me reviens au galop
Quand je cravache au culot,
 
A toi qui m'invites dans ton lit, 
Qui glisses sous la couette et lis,
Qui, après avoir fait un pli
Au coin d'une page, m'oublies,
 
A toi qui as le verbe précis,
Qui observes l'art du récit,
Qui par sa verve a le souci
Du choix des mots réussi,
 
A toi qui rêves d'élans romantiques,
De grands gestes dramatiques,
De traversées poétiques 
De l'Océan Atlantique,
 
A toi qui recherches la folie
Alors qu'on a déjà fait les rimes en lie,
Toi qui préférerais des vers interminables imprégnés de mélancolie
Une fois que toutes les contraintes eurent été abolies,
 
A toi qui trouves le truc trop long,
Qui vois déjà baisser son attention,
Qui aurais préféré des trucs de garçon,
Qui n'entends pas les sanglots des violons,
 
A toi que j'aime plus que de raison,
Qui ne chantes jamais mes chansons, 
Qui ne ressens pas de frissons
A la lecture de mes oraisons,
 
A vous qui êtes mon fils et ma fille,
Qui faites que mes yeux encore brillent,
Qui jetez l'encre de mes pupilles
Sur le papier que j'estampille.  
 
A vous tous, à qui j'écris, fébrile,
A mes risques et périls
Depuis l'isthme de mon île,
En espérant tomber dans le mille!


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***