ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

CERISIER DU PASSE,


 
Proposé par : NOEMIE
Ajouté le: 09/25/2013
Catégorie : Amour
Consultations : 560
Commentaires : 10





  Cerisier du passé ,

 Souviens toi lorsque tu gambadais 
 Dans cette clairière illuminée  
 Il nous semblait avoir découvert
 Un paradis si beau , si vert  .
 
 Nous étions deux enfants
 Complices et confidents
 Si proches des nuages
 Qu'en soufflant nous en tournions les pages

 Il convenait d'immortaliser
 Ce lieu en cette vallée  
 Et nous décidâmes en ce verger
 De planter un cerisier .
 
 Les saisons firent place
 A cette amitié pure et fugace .  
 L'arbre si menu grandit
 Par son envergure infinie .
 
 Un printemps au jour ensoleillé
 Vit apparaître des fruits rouges et dorés .
 Trépidante fillette 
 Tu désiras en faire la cueillette .
 
 Telle une fée tu te posas
 Sur mes épaules et mes bras .
 Je sentis avec délice 
 La caresse de tes cuisses
 
 Et nous devinions à cet instant
 Que grands étaient nos sentiments
 Par nos gestes timides et enfantins
 Naquit en nos yeux un éclair divin .
 
 Lentement sur mon corps tu glissas
 Nos lèvres se joignirent tendrement
 Et sur ta robe en soie et de mimosa
 L'amour étendant son voile nous fît amants .
 
 Puis nos chemins se séparèrent
 Et toujours dans cette clairière
 Je revenais vivre ce passé
 Doux souvenir qui me berçait .
 
 Les mois et les années 
 Passèrent comme une éternité
 Et au feuillage de ce cerisier
 Combien de voeux furent accrochés ?
 
 Ma muse devenue ange
 Hantait mes nuits et mes jours
 Et sa voix telle une louange
 Résonnait en mon âme d'amour .
 
 Aujourd'hui l'arbre porte ses fruits
 Et je me souviens de toi , mon paradis .
 Soudain un pas feulé me fit sursauter
 Et dans cette ombre qui s'approchait
 
 Mes yeux émerveillés virent une fée
 Réelle plus belle que jamais .
 C'était toi dans ton auréole dorée ,
 En mon coeur tu n'avais pas changée .
 
 Vois tu l'amour est infinité
 Qui n'a d'égal que l'éternité  
 Et sais tu à quoi je t'ai reconnue
 Aux cerises à tes oreilles suspendues ...


--------
© Copyright AmourSoupir
 


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***