ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

Fidélité


 
Proposé par : jackharris
Ajouté le: 11/21/2008
Catégorie : Amour
Consultations : 173
Commentaires : 1




Fidélité

Si j’ai bien mérité ce châtiment suprême

Reconnaissez, Madame, toutefois, que vous-même

Vous étiez seule en cause à ce tourment profond

Qui agita mon âme en ce fou tourbillon.

Mais oublions cela. Pensons à l’avenir,

A ces heures, ces jours qui nous verront vieillir.

Que serai-je pour vous, Madame, lorsque les ans

L’un à l’autre passés au sablier du temps

Déposeront les rides abîmant le visage,

Et que vos mains osseuses, déformées par leur âge,

S’agripperont encore aux bras du vieux fauteuil

Dans lequel, jadis, où, empreinte d’orgueil,

Vous m’aviez rédigé l’impudente missive

Qui me plaça soudain devant l’alternative.

Je n’avais plus le choix : renier mon amour,

Ce désir était ordre et sans voie de retour.

Ne plus songer à vous, oublier à jamais,

De mon âme effacer tout, même vos portraits;

Il me fallait bannir du profond de mon cœur

Notre amour, notre vie, objets de mon bonheur.

Je ne pouvais m’astreindre à vous renier, Madame,

Car agissant ainsi j’aurais vendu mon âme

Puis, tous ces sentiments qui animaient mon être

Ne pouvaient s’effacer par une simple lettre

Même émanant de vous. Qu’auriez-vous donc pensé

Si, suivant votre vœu, je m’étais empressé

D’obéir à vos ordres, ainsi, tout bonnement ?

Refuser ce parjure et rester votre amant

Je préférais ce choix plus digne à mon honneur

Qu’un reniement honteux qui m’aurait fait horreur,

Je devais préserver en moi le souvenir

De ces années vécues et, pour y parvenir,

Gardant jalousement, tel un précieux trésor,

Cette image chérie toute auréolée d’or,

Reflets de ce visage qui me fut, tour à tour,

Emblèmes de la vie, de la joie, de l’amour.

Certains pourront penser qu’il fut un substitut

Qu’importe, en vérité, j’aurais atteint mon but.

Car si votre abandon fut pour moi très cruel

Vous m’avez immolé sur un bien bel autel.

A présent que j’arrive au déclin de ma vie
Je me prends, quelquefois, à dire : "Ma chérie".


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***