ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

Ma plus belle valentine.


 
Proposé par : marginal07
Ajouté le: 02/12/2008
Catégorie : Amour
Consultations : 40
Commentaires : 0





             Ma plus belle valentine.


Dans les recoins les plus sombres de mon coeur une lumière scintille encore et après tant d’années cette petite flamme m’inonde encore d’une profonde tendresse envers elle.


Jamais je n’oublierai ma petite Anik..


Son prénom résonne dans mon coeur d’un tintamarre de joies et de tristesse.


En sa présence, mon coeur d’un roulement de tambour s’éveillait à une nouvelle passion.


Je ressentais pour Anik un sentiment démesuré, je l’aimais plus que moi-même.


Même si mon coeur me faisait faux bond quelques fois, j’appréciais quand même cette profonde passion qui s’insurgeait dans mon coeur.


Et je savais très bien malgré cette démesure de ma raison que Cupidon était à la source de ce profond sentiment que je ressentais envers elle.


Je n’oublierai jamais notre première rencontre..


J’avais 11 ans et elle un peu plus jeune que moi venait de célébrer son dixième anniversaire.


Tous les deux fréquentions la même école et habitions le même quartier.


Durant la récréation, elle se tenait toujours à l’écart des autres et ne participait jamais à leurs jeux.


Elle me ressemblait beaucoup, car moi aussi je n’avais aucun intérêt pour les sports.


Puis un jour, je lui ai parlé..


Bien que j’étais très timide, j’ai quand même attiré son attention.


On a bavardé ensemble en toute simplicité..


Bien que ses origines ethniques différaient des miennes, ce n’était pas un problème.


Elle m’a raconté que son père était Amérindien et sa mère Québécoise..


Son papa travaillait comme garde-chasse, il avait choisi de s’assimiler à la culture des blancs.


Anik recevait la même éducation que moi et je ne voyais en elle rien qui de très différent..


À part bien sur son teint un peu hâlé et ses cheveux un peu plus foncés.


Mais je l’aimais comme elle était sans aucune discrimination.


Avec le temps, j’ai appris à la connaître, car nous étions devenus de très bons amis.


Je l’affectionnais beaucoup et pour moi elle devenait de plus en plus importante.


Mon petit coeur transparent pour elle devinait la moindre de ses tristesses et toujours je la consolais en la faisant rire.


Entre elle et moi c’était une amourette comme on dit.


Mais pour moi cette profonde tendresse que je ressentais pour elle était pure et profonde.


Je n’avais envers elle aucune intention malveillante.


Comme je n’avais pas encore atteint l’âge de la puberté, je ressentais quand même pour cette fillette un amour aussi fort que les grands.


Lorsque nous allions au cinéma et que nous voyions à l’écran des amoureux s’embrasser, ça nous faisait rire..


Pour nous aimer, nous n’avions qu’à nous prendre la main elle et moi et ça n’allait pas plus loin.


Mais quelques fois, on se regardait dans les yeux très longtemps et on se donnait un gros câlin.


Ah! Qu’elle était belle notre amourette..


Aujourd’hui lorsque je pense à l’innocence de notre amour, j’en ai les larmes aux yeux.


Elle reste là bien présente dans un petit coin renfermé de mon coeur.


Comme une chandelle, sa lumière tamisée de mes plus beaux souvenirs ne s’éteindra jamais.


Je lui en ai fait la promesse un jour..


J’adorais tellement nos escapades dans les bois.


J’aimais son petit côté sauvage et marginal..


Grâce à elle j’ai appris à contempler et à aimer la nature.


La forêt de conifères qui environnait notre village était pour elle et moi notre jardin secret.


L’opulence et la candeur de ces grands espaces verts m’imprégnait d’une grande liberté.


Anik était pour moi,”Ma petite sauvageonne”. Comme je l’appelais.


Au coeur de cette nature sauvage, nous partagions ensemble des fous-rires et des taquineries.


Ah! Que j’aimais son côté espiègle de petite fille..


Avec elle mon coeur de dentelle s’habillait de mes plus beaux rêves.


Je l’imaginais déjà vêtue d’une robe de mariée au pied de l’autel.


Mais un jour sans qu’on s’y attende le destin nous a séparés elle et moi.


Son père ayant obtenu un nouveau poste n’eut d’autre choix que de déménager.


Le village en question se trouvait à 500 kilomètres au nord..


J’ai beaucoup souffert de cette séparation impromptue.


Mais Anik restait présente dans mes pensées, je ne pouvais l’oublier.


Puis un 14 Février soit 2 ans après son départ j’ai reçu d’elle un Valentin.


L’image d’un coeur brisé exprimait sa profonde douleur.


Mais elle m’a écrit en toute confidence ces quelques mots..


“Je t’aime d’un amour éternel..


Bien que nous soyons séparés toi et moi je sais que Cupidon nous réunira à nouveau.”


marginal07


 



Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***