ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

Elle


 
Proposé par : marydousse
Ajouté le: 08/04/2008
Catégorie : Famille
Consultations : 957
Commentaires : 1




Elle

 Tout ce qu’elle a accompli dans sa vieJe ne peux le dire en quelques motsCar sa vie a été tellement remplieDe travail, de joies et de sanglots. Bien sûr qu’elle a trimé plus qu’elle n’aurait dû.Déjà, toute petite fille, on en a fait de la main d’œuvre;Certains soirs, elle se couchait, n’en pouvant plus.Son dos sensible et ses mains rougis en étaient la preuve. La preuve que sa tâche était trop lourde pour elle;Que la vie d’une enfant n’était pas faite pour le labeur.Elle aurait voulu être un oiseau, peut-être une hirondellePour reposer ses jambes fatiguées et apaiser son petit cœur. Mais le temps a passé pour tous comme pour elle.Les garçons auraient bien voulu lui faire la courCar elle était devenue une jolie demoiselle.Mais il était trop tard, elle était déjà en amour. N’a-t-il jamais compris cet amoureux transiQu’il avait bien de la chance de lui ternir la main,Bien de la chance de partager sa vieEt faire avec elle un bout de chemin. 

Que leur réservait l’avenir quand les canons fument encore?

Leurs premières années de vie commune criaient famine.Leur amour serait-il assez grand, leurs bras assez fortsPour survivre aux épreuves, pour traverser les champs de mines. Un pas à la fois, un jour à la fois, ils ont vaincu la déveine.A quelques pieds du chemin, leur foyer se gorge de rires.De têtes blondes, de petits  yeux rieurs, leur maison était pleineEt dire qu’ils auraient pu renoncer et se laisser mourir C’était sans compter sur le cœur qui régnait sous ce toitSans les bras qui cajolaient, sans les mains qui soignaientSans les yeux qui encourageaient; sans compter sur sa foi,Sur son dévouement, sur la fierté dont elle se nourrissait. Cette fillette, cette maman a vieilli, mais pas tant que ça;Bien sûr, son pas s’est raccourci, mais pas tant que ça;Bien sûr ses cheveux ont blanchi, mais pas tant que ça;Bien sûr, ses joues se sont ridées, mais pas tant que ça. Cette fillette, c’est ma mère,C’est notre mère, c’est votre grand-mère.J’aurais voulu inventer de nouveaux mots ma courageuse mamanPour te dire la tendresse, le respectEt l’amour que nous avons pour toi.Mais il n’y a que ces paroles qui me viennent :« On t’aime tant maman. » croy


Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***