ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :

Cliquez ici pour recevoir, tous les jours, dans votre courriel, une Belle chose de la vie


MENU:          

Une histoire tragique.


 
Proposé par : marginal07
Ajouté le: 03/17/2008
Catégorie : Femmes
Consultations : 201
Commentaires : 0






Une histoire tragique.


(Celle de feu Maria Lopez. )


Voici la triste histoire de feu Maria Lopez..


Elle a vécu à Madrid et son étoile d’artiste a brillé sur toutes les scènes du monde entre les années 1928 et 1939.


Ô pour vous sans doute ce nom n’a aucune importance, vous n’étiez même pas nés à son époque et l’histoire a peu parlé d’elle.


Mais pourtant cette jeune chanteuse au coeur fragile a bien existée et c’est un plaisir pour moi de vous la présenter.


Maria Lopez fut une star qui hélas s’est éteinte en pleine gloire, elle était très jeune encore.


Elle avait une renommée internationale et pour plusieurs sa mort fut une tragédie qui a bouleversé à cette époque la planète toute entière.


Cette jeune femme toute fois était très réservée car elle n’aimait pas beaucoup les grands honneurs.


Son humilité et sa grandeur d’âme lui étaient très personnelle..


Lorsqu’elle se donnait en spectacle, c’était pour divertir les gens et le seul fait de voir devant elle tous ces sourires la rassurait, c’est tout ce qu’elle attendait de son public.


Elle aimait le bal et les grandes fêtes..


Elle portait toujours des bijoux..
Sans ombres de vanité elle couvrait son corps de tous les joyaux qu'elle pouvait trouver.. Colliers, bracelets, boucles d'oreilles servis de perles, d'or et de diamants..
Elle exprimait voyez vous les richesses de son âme..
Une âme riche et remplie de nombreux trésors qu'elle distribuait gratuitement à tous ces convives qui venaient l'entendre chanter.
Ah! Qu'elle était belle la jeune infortunée dans ses apparats de fête et d'abandon.
Son sourire était encore plus éclatant que tous ces joyaux qui paraient son corps.


Ce n'est pas surprenant que sa simplicité pouvait rejoindre toutes les classes de la société.


Elle aimait tant agiter ses grelots au rythme de la musique..


Elle chantait et dansait en même temps.


La grâce de ses mouvements étaient aussi léger que les ailes d'un papillon.


Souvent en froissant son éventail sous ses doigts elle s’éclatait toute joyeuse et sa frénésie nous emportait dans cette valse improvisée où souvent dans la foule elle invitait un spectateur à venir danser avec elle.


En la regardant danser et chanter en même temps l’auditoire était transporté dans une euphorie délirante et toujours à la fin de ses spectacles il y avait une telle ovation que souvent la jeune vedette prolongeait son spectacle jusqu’aux petite heures de la nuit.


Mais son corps fragile recouvert d’une noire mantille ressentait déjà ce malheureux présage.


Elle frissonnait en elle même à l’aube automnale de son départ prochain..


Mais la foule n’en savait rien.


Malgré cette maladie qui l’accablait elle gardait le sourire..


La tristesse, l’ennuie souvent font écho à ces plaisirs éphémères mais en regardant Maria qui vibrait en dansant au son de la flûte et des guitares tous éprouvaient de la grande joie.


Que de bonheur elle semait au-travers cette hystérie collective qui lui vouait tant d’admiration!


Maria était leur idole et leur petite déesse aussi.


Que de tristes lendemains hélas à l’annonce de sa mort!


Cette danseuse ingénue frissonnante d’allégresse et de paix est morte un matin..


Cette jeune chanteuse à la voix éteinte à jamais a bouleversé tous les coeurs.


Ces roses d’un soir qui la veille ornait sa tête se sont fanées le temps d’une seule journée.


Maria a expiré en gardant pour elle ses jardins les plus secrets.


Qu’il est douloureux de se rappeler cette triste mésaventure d’une star qui s’est éteinte en pleine gloire!


Elle repose maintenant dans un cercueil sous une terre froide et humide.


Mais jamais son souvenir ne fut oublié.


Sa tombe est toujours fleurie


Elle a moissonné sur sa route bonté amour et plaisir..


De ces nombreux bouquets qu’elle offrait à ses admirateurs, elle ne prenait rien à la légère.


Elle avait son propre jardin et elle s’occupait personnellement de ses fleurs.


Pas surprenant qu’elle soit morte à l’automne..


Elle était très attachée à ses fleurs.


Elle les a suivies dans le trépas vers des jardins plus fabuleux.


J’ai recueilli au-travers sa biographie ces quelques témoignages de gens qui l’ont connue alors qu’elle était en pleine gloire.


“Son gracieux sourire accrochait tous les regards, ses yeux noirs scintillaient telle une double étoile et lorsqu’on était en sa présence on se sentait intimidé.


Mais lorsqu’elle chantait, la joie remplissait tous les coeurs. ”


“Elle a foulé en dansant toutes les scènes du monde..


Sa voix douce et pénétrante nous faisait rêver et le seul fait de l’entendre chanter calmait notre esprit tourmenté. ”


“Elle était une déesse pour nous, un ange du ciel qui venait en toute tendresse calmer nos inquiétudes les plus vives. ”


“Maria Lopez était pour moi l’incarnation de la bonté. ”


Un peu curieux de connaître cette chanteuse si populaire à son époque, j’ai demandé à un vieil homme qui l’avait déjà vue en spectacle s’il était possible d’entendre un de ses disques.


Cet homme m’a souri.. Oui me dit-il.


Viens chez moi, j’ai plusieurs 78 tours de ses plus grands succès.


J’étais ravi et anxieux en même temps.


Je voulais tellement entendre la voix de Maria.


Rendu chez lui, il m’a invité à m’asseoir et d’un vieux meuble, il a sorti un disque d’une pochette où on voyait la photo de Maria Lopez secouant micro à la main.


Je l’ai écouté attentivement, sa douce voix me charmait..


Comme je ne parlais pas espagnol, le vieil homme a traduit pour moi en français les paroles de cette chanson..


Ça disait ceci..


“Si un jour la vie te pèse lourd et que tu n’en peux plus se souffrir alors écoute ce que j’ai à te dire.. ”


“ Apprends à vivre toi mon frère et ma soeur dans l’allégresse et le pardon.


Ne désespère jamais, l’amour seul saura te libérer de tes inquiétudes et de tes misères.


Souris aux gens et surtout aime les inconditionnellement. ”


En écoutant ces paroles de Maria Lopez, j’ai frémi dans mon esprit.


Je me sentais bouleversé et une larme a trahi mon admiration pour elle.


En me regardant pleurer le vieil homme m’a dit d’un ton très serein..


“Maria a fait pleurer tout le pays quand elle est morte. ”


Maria Lopez est décédée en Septembre 1939 juste avant le début de la seconde guerre mondiale.


Sans doute son âme aurait elle été trop fragile pour supporter autant de violence.


Dieu rappelle toujours ses anges avant un grand tumulte.


marginal07



Cliquez sur l'image pour la voir pleine dimension


 
 







*** Ma Planète ***