ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
Cendrillon
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 



Visionner 343 - 350 de 350 Blogues.


<< Premier  < Précédent | Page:  35 | 36 | 37 | 38 | 39 |


La réussite qui compte...
Ajouté le 10/17/2009 16:20:39
La réussite qui compte...

Combien de temps
faudra-t-il encore aux hommes
pour comprendre
qu'il ne sert à rien de courir
tout le temps après la réussite?

La seule réussite qui compte
c'est celle qui permet de dire :
J'ai aimé, j'ai su écouter, j'ai donné.

Aimer,
certainement la chose
la pus difficile à vivre.
ça demande de l'attention, du respect.
ça demande surtout
un regard qui ne juge pas,
un regard qui permet de relever,
de faire avancer.

Aimer,
certainement la chose
la plus importante dans un monde
où chacun tire  la couverture de son côté
et où le temps ne permet plus de
s'arrêter devant le cri
de l'homme fatigué,
de celui qui n'attend plus rien,
si ce n'est une petite minute d'attention.
Alors, écouter, toujours écouter
quand même...

Donner,
certainement la chose qui apporte
le moins de satisfaction sur le moment.
Celui qui donne n'a pas toujours l'impression de recevoir en retour.
Il est comme le semeur,
il ne voit pas tout de suite
les effets de son travail.

Alors donner,
toujours donner quand même...

Il serait enfin temps de comprendre
que la réussite qui compte
c'est que les hommes
essayent avant tout
d'être humains.

(Luc Stein)







Mots-clés: Cendrillon


La vieille dame acariâtre
Ajouté le 10/16/2009 17:01:57
La vieille dame acariâtre


Une vieille dame s'était retirée dans une résidence pour personnes âgées.
Le lendemain de sa mort on trouva sur la table de nuit une lettre adressée à la jeune infirmière du service.

"Que vois-tu, toi qui me soignes ?
Que vois-tu quand tu me regardes ?
A quoi penses-tu quand tu me quittes ?
Et que dis-tu lorsque tu parles de moi ?

La plupart du temps
tu vois une vieille acariâtre,
un peu folle, le regard hagard,
qui n'a plus toutes ses facultés,
qui bave quand elle mange
et qui ne répond jamais
quand elle le devrait.

Une vieille dame qui ne cesse
d'égarer ses chaussures,
de perdre ses bas et
qui se laisse baigner
et nourrir par toi
pour occuper
ses longues
journées grises.

Voilà ce que tu vois !

Alors, ouvre bien les yeux !
car ce n'est pas moi !

Je vais te dire qui je suis.

Je suis la dernière de dix enfants.
J'avais un père et une mère,
des frères et des soeurs.
On s'aimait bien.

A seize ans, j'ai des ailes aux pieds
et rêve d'avoir un fiancé.
Je me marie à vingt ans.

Mon coeur bondit de joie au souvenir
des résolutions prises ce jour-là.

Et me voilà maman d'un petit garçon
à vingt-cinq ans.
Il a besoin de moi
pour pouvoir se construire.

Trente ans : mon fils grandit vite.
nous sommes liés l'un à l'autre
par des liens éternels.

Quarante ans.
Mon fils quitte la maison.
Mais mon mari veille à mes côtés.

Cinquante ans.
Mes petits-enfants
jouent autour de moi.
Mon bien-aimé et moi
nous nous réjouissons
de leurs cris.

Puis arrivent les jours sombres.
Mon mari meurt.
Je tremble devant l'avenir,
consciente que mon fils a fort à faire
pour s'occuper des siens.

Je repense aux années passées
et à l'amour que j'ai connu.

A présent, je suis vieille.
La nature est cruelle.
Elle s'amuse à faire passer
 la vieillesse pour de la folie.

Mon corps me lâche.
Le charme et la force m'abandonnent.
Et, avec l'âge qui avance,
mon coeur s'est endurci.

Mais le coeur de la jeune fille
continue de battre
dans cette vieille carcasse.

Je me souviens des joies,
je me souviens des peines.
J'écoute toujours la vie
et j'ai toujours envie d'aimer.

Mais, j'accepte l'implacable réalité
que "rien ne peut durer !"

Alors ouvre les yeux, toi qui me soignes.
Regarde non pas la vieille acariâtre...

Observe avec attention,
alors tu me découvriras,
telle que je suis !"


****

Que de visages, de mains,
de personnes rencontrées
chaque jour !

Que retenons-nous ?
Les rides, les moues,
les interrogations,
la dureté ou les imperfections
d'un visage ?

Et si nous apprenions
à regarder les rêves,
les palpitations et les amours
enfouis au fond du coeur ?

(Bruno Ferrero)

****

"Le fond du coeur
est plus loin
que le bout du monde"

(Proverbe chinois)




Mots-clés: Cendrillon


Entretenir la flamme
Ajouté le 10/14/2009 15:57:14

Entretenir la flamme

"Ne vous imaginez pas que
l'amour d'un homme et d'une femme, pour être vrai, doive être spectaculaire.

Ce dont il a besoin c'est de durer.
Et pour durer,
il faut que l'homme et la femme,
au fil des années,
continuent à s'aimer en vérité.
l'amour vrai n'en finit pas de commencer.

Comment une lampe brille-t-elle,
si ce n'est pas l'apport continuel de petites gouttes d'huile ?

Qu'il n'y ait plus de gouttes d'huile,
il n'y aura plus de lumière,
et l'époux ou l'épouse dira :
tu n'es plus celui
ou celle que j'ai aimé(e).
Je ne te connais plus.

Mes amis,
que sont ces gouttes d'huile
dans nos lampes ?

Ce sont les petites choses
de la vie de tous les jours :
la gaieté, la joie de vivre
que nous rayonnons,
les petites paroles de bonté,
les gestes de tendresse,
simplement une prière, une pensée
que nous avons l'un pour l'autre,
l'humilité et la patience aussi, parfois :
notre manière de faire silence,
d'écouter l'autre,
de pleurer, de pardonner.

Voilà les véritables gouttes d'amour
qui font brûler toute une vie d'une vive flamme !

Ne cherchez donc pas toujours l'amour dans les grandes choses.
L'amour est simple.

Ne cherchez donc pas Dieu au loin.
Il n'est pas là-bas : il est en vous.
Et c'est là son secret.

Veillez, entretenez bien la lampe,
et vous le rencontrerez."

(Mère Teresa de Calcutta)






Mots-clés: Cendrillon


La bonne réponse
Ajouté le 10/14/2009 13:54:00

Un matin,
 le Bouddha était
en compagnie de ses disciples,
quand un homme s'approcha.

- Dieu existe-t-il ? demanda-t-il.
- Il existe, répondit le Bouddha.

Après le déjeuner,
un autre homme s'approcha.

- Dieu existe-t-il ? demanda-t-il .
- Non il n'existe pas, répondit le Bouddha.

A la fin de l'après-midi,
un troisième homme
posa la même question.

- Dieu existe-t-il ?
- C'est à toi de décider, répondit le Bouddha.

Dès que l'homme fut parti, un disciple s'exclama, révolté :

- Maître, c'est absurde !
Pourquoi donnez-vous
des réponses différentes
à la même question ?

- Parce que ce sont
des personnes différentes.
Chacune parviendra
à Dieu par sa propre voie :

Le premier me croira.

Le second fera tout ce qu'il peut
 pour prouver que j'ai tort.

Le troisième ne croira
qu'à ce qu'il choisira lui-même.

Et vous ?

***

(Sagesse orientale)







Mots-clés: Cendrillon


L'abondance du coeur
Ajouté le 10/13/2009 16:26:09


Quand tu parles, sais-tu seulement
la violence des mots ?

Parfois, ils laissent au coeur
une blessure,
une plaie, une cicatrice.
Souvent la parole est un couteau.

Quand tu parles, sais-tu seulement
l'intensité des mots ?

Quand ils quittent tes lèvres,
ils ne t'appartiennent plus,
quand ton frère les reçoit,
il en fera son bonheur ou son malheur.

Quand tu parles, sais-tu seulement
le feu des mots ?
Il en est qui, comme braises,
couvent sous la cendre,
d'autres, comme flammes,
brûlent en embrasant tout,
mais il en est aussi qui réchauffent le coeur et le corps.

Quand tu parles, sais-tu seulement
le poids des mots ?
Si jamais tu l'apprenais un jour,
je t'en prie,
ne parle pas toujours avec la tête,
pas même avec les mots de l'esprit,
quand tu parles, parle avec le coeur.

****

"Au coeur des hivers de l'âme,
la parole d'un ami est un brasero."

(Robert Riber)






Mots-clés: Cendrillon


A genoux ou debout
Ajouté le 10/13/2009 16:05:35

Il y a des hommes debout
et des hommes à genoux.

A genoux, devant l'argent,
l'appât du gain, la richesse,
l'envie qui taraude le coeur.

A genoux devant
les puissants de ce monde
et tous les artifices de leur pouvoir.

A genoux, pour un ruban,
une médaille, un titre
et les encensements de tous les flatteurs.

A genoux pour tout saisir,
tout avoir, tout posséder
alors qu'il faut apprendre
que tout nous échappe.

Mais il y a aussi des hommes debout.

Debout, et habillés de dignité
même quand la pauvreté dénude.

Debout, et libres
dans leur coeur ou leur parole,
quand bien même
ils croupissent au fond d'une géôle.

Debout, la boutonnière vierge
de toute médaille
mais avec des soleils pleins les yeux.

Debout, car le monde entier est à eux,
puisque ne possédant rien,
ils ne sont pas possédés.

*****

"A vouloir tout posséder,
on apprend tôt ou tard
que l'essentiel nous échappe."

(Robert Riber)






Mots-clés: Cendrillon


Compliments
Ajouté le 10/12/2009 07:49:18


Compliments

N'aie pas peur de faire des compliments.
Un compliment de temps en temps,
et les personnes voient
des ailes leur pousser.

Il y a des gens qui ne reçoivent jamais
un mot de reconnaissance,
jamais un compliment amical.

Ils accomplissent
 les tâches les plus pénibles,
et cela va de soi pour tout le monde.

En silence, ils font mille petites choses
à la maison, au bureau,
pour une entreprise,
pour une association.

Et il n'y  a personne qui le voit.

Leur fidélité n'intéresse personne.
Ils se sentent exploités et exclus.
Ils n'ont plus aucune joie,
aucune joie à travailler ni à vivre.

Les personnes accablées sont paralysées.
Il leur faut des ailes.

Avec des ailes, on se sent plus léger.
Avec des ailes, tout devient plus facile.
Un mot de reconnaissance
peut donner des ailes.

(Phil Bosmans)






Mots-clés: Compliments - Cendrillon


L'amitié
Ajouté le 10/12/2009 07:36:24




L'amitié est le plus beau
et le plus précieux des cadeaux.

L'amitié donne sens à tous les cadeaux
que les humains se font.

Le cadeau de l'amitié
n'est jamais lourd.

Il ne pèse pas,
car il porté
par le courant de sympathie
qui, sans le faire exprès,
circule d'un coeur à un autre.

Les cadeaux qui expriment notre amitié
nous pouvons les emballer
dans du papier de couleur
et y mettre des rubans multicolores.

Mais notre amitié elle-même
reste sans emballage, spontanée, libre.

Car ce n'est pas le cadeau,
mais l'amitié, qui compte.

(Phil Bosmans)


Mots-clés: Amitié - Cendrillon




<< Premier  < Précédent | Page:  35 | 36 | 37 | 38 | 39 |



*** Ma Planète ***