ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
sois_un_ami
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 
C’est Noël : laisse Mon amour te réchauffer le cœur ! Tu es peut-être découragé parce que tu es sans emploi, ou parce que ton porte monnaie est vide, voire ton compte en banque... Ou bien tu es seul ou malade, ou tu as perdu quelqu’un que tu aimais… Ou peut-être que la guerre, l’injustice, la haine ou l’indifférence ont refroidi ton cœur en ce Noël… Mais tu sais, Mon amour peut changer tout cela. Aujourd’hui, souviens-toi de Ma naissance et de tout ce qu’elle annonçait ! Laisse Mon amour te remplir et t’apporter une nouvelle joie de vivre. Lorsque Je suis né et tout au long de Ma vie, le monde était déjà en proie à toutes sortes de maux. Rappelle-toi les tristes événements qui ont accompagné Ma naissance. Pense aux mères qui ont pleuré leurs petits, massacrés par un roi assoiffé de puissance. Rappelle-toi l’oppression qui régnait en ce temps-là. Au milieu de ces profondes ténèbres est apparue la lumière la plus éclatante que le monde ait jamais connue ; au milieu de ces terribles souffrances Dieu a offert aux hommes le plus beau cadeau qui soit. Mon Père M’a envoyé sous la forme d’un petit bébé faible et vulnérable, afin que Je puisse grandir et vivre comme vous : il M’a été donné d’endurer les mêmes souffrances et d’être, comme vous, victime de la méchanceté des hommes. Je suis devenu l’un d’entre vous afin de vous sauver. Laisse la vérité et l’amour que J’ai apportés en ce premier Noël illuminer ton cœur aujourd’hui. Laisse-Moi dissiper tes craintes et sécher tes larmes. C’est Noël : Laisse Mon amour te réchauffer le coeur.



mem_normal HORS LIGNE

Homme
La Lorraine
France

Aujourd'hui, je me sens.. à l'écoute à l
En ce moment… je rêve à…








MEMBRE DEPUIS: 11/22/2014
SIGNE ASTROLOGIQUE: Balance
DERNIÈRE CONNEXION: 11/28/2020 23:55:53






Pas de sujet
Mes sujets: 0  Sujet anonyme: 0
Voir plusVoir plus

De: Privé
De: Privé
De: Privé
De: Privé






1 - Un petit arbre recouvert de neige

Lorsque nous sommes arrivés au cimetière, nous avons été submergés d’émotion par ce que nous avons trouvé.

Un jour, peu avant Noël, notre troisième enfant est né ; c’était Bay, notre premier fils. Alors que je disais au revoir ce soir-là à ma femme épuisée mais heureuse et que je quittais l'hôpital, la chaleur et la joie qui accompagnaient la naissance de mon fils ont terrassé le froid glacial de cette belle nuit de décembre.

Au mois de décembre de l’année suivante, nous avons célébré le premier anniversaire de notre fils aux yeux noirs et aux cheveux bruns. Le lendemain de Noël, alors que nous passions la soirée à jouer au domicile de mes beaux-parents, nos réjouissances furent interrompues par le cri de ma belle-mère :

Il ne respire plus!

Elle était allée voir Bay qui dormait sur son lit et avait découvert son corps froid et sans vie. Nous avons immédiatement emmené notre fils à l'hôpital, en pratiquant sur lui une réanimation cardio-respiratoire. Arrivés à l’hôpital, nous avons été effondrés d’apprendre qu’on ne pouvait plus rien faire pour lui sauver la vie.

Il était décédé du syndrome de mort subite du nourrisson.

Depuis ce jour, Noël a un sens beaucoup plus profond pour notre famille. Chaque année, à la veille de Noël, lorsque nous remplissons de cadeaux les chaussettes de Noël de nos autres enfants, une chaussette solitaire reste sur le manteau de cheminée.

Pendant le reste de la période des fêtes, la chaussette est là pour nous rappeler Bay.

Chaque année, aux environs de l'anniversaire de Bay, ma femme et moi allons au cimetière où il repose.

A chaque visite, nous découvrons que quelqu'un d'autre est arrivé avant nous et a placé quelque chose sur la tombe de notre fils : une année c'était de délicates petites fleurs; l'année suivante, un ours en peluche; l'année d’après, un petit sapin de Noël orné de décorations miniatures. Nous n'avons aucune idée de l’identité de la personne responsable de ces cadeaux qui nous touchent profondément, car ils ne sont jamais accompagnés d'une note ou d'une carte.

Quand j'ai laissé entendre à ma belle-mère que je connaissais son secret, elle a nié savoir de quoi je parlais.

L'année suivante, alors qu'elle et mon beau-père étaient partis en mission à l'étranger, nous avons à nouveau découvert que quelqu'un avait placé un cadeau sur la tombe de notre fils. Même après avoir interrogé d'autres membres de la famille et des amis, nous n'avons pas pu résoudre le mystère.

Dix ans après la mort de notre fils, une série de tempêtes de neige nous ont empêchés de voyager même sur de courtes distances. Nous avons dû reporter notre visite annuelle sur la tombe de notre fils de plusieurs jours.

Lorsque nous y sommes finalement arrivés, nous avons vu un petit sapin de Noël décoré, en partie enseveli sous la neige, mais se tenant courageusement debout devant la petite tombe de Bay.

L'effort qu'il a fallu à quelqu'un pour se rendre au cimetière en dépit des chutes de neige nous a submergés d’émotion. Des larmes coulaient sur nos visages quand nous nous sommes rendu compte que quelqu'un partageait encore notre chagrin et notre perte.

Par la suite, nous étions plus que jamais résolus à découvrir l'identité de notre bienfaiteur et à le/la remercier de faire preuve de tant de compassion. Mais en y réfléchissant, nous nous sommes rendu compte que la personne responsable de ces actes de bonté ne tenait pas à être identifiée.

Nous avons décidé de permettre à notre ami/amie de rester anonyme. Nous avons échangé notre besoin de remercier notre ami par l’envie de simplement d’avoir une vie meilleure.

Maintenant nous sommes beaucoup moins enclins à dire du mal ou à critiquer nos amis ou les membres de notre famille, parce qu’il se pourrait que l'un d'entre soit notre ami anonyme.
Souvent lorsque nous servons dans la mission, ma femme et moi nous arrêtons pour examiner nos cœurs : faisons-nous des bonnes œuvres pour être vus par les autres ou pour l'amour pur et désintéressé du Christ et de nos semblables ?

Pour nous, la charité–humble et qui ne recherche jamais son propre intérêt–est symbolisée par un sapin de Noël magnifiquement décoré, à moitié enterré dans la neige, dans un cimetière tranquille.

—DarrellSmart

2 - QUI VEUT DU FILS ?

Jamais, je ne pourrais m’acquitter de la dette que j’ai envers votre fils
Un riche amateur d’art et son fils aimaient à collectionner quantité de chefs-d’œuvre de grands maîtres, de Raphaël à Picasso. Ils se retrouvaient souvent pour admirer les tableaux de leur collection.
Lorsque la guerre éclata, le fils partit au front. Très courageux, il trouva la mort en sauvant la vie d’un de ses camarades. À cette nouvelle, le père fut très affligé.
Environ un mois plus tard, quelques jours avant Noël, quelqu’un vint frapper à sa porte. En ouvrant, il vit un jeune homme qui tenait à la main un gros paquet.
― Vous ne me connaissez pas, Monsieur, dit le jeune homme en guise d’introduction, je suis le soldat que votre fils a sauvé en sacrifiant sa vie. Il avait déjà sauvé plusieurs de nos camarades, ce jour-là : j’étais blessé, et il me mettait à l’abri lorsqu’une balle l’a touché en plein cœur. Il est mort sur le coup. Il parlait souvent de vous et de votre passion pour la peinture.
Il tendit le paquet qu’il tenait à la main et ajouta :
― Je sais que ce n’est pas grand-chose, et je ne suis pas très doué comme artiste, mais je crois que votre fils aurait voulu que vous ayez ceci.
Le paquet contenait un portrait du fils peint par le soldat. Le père examina le portrait et admira pendant un long moment la façon dont l’artiste avait saisi sa personnalité. Il était irrésistiblement attiré par le regard de son fils, à tel point que ses yeux finirent par se remplir de larmes. Il remercia le jeune homme et voulut le payer pour le tableau.
― Il n’en est pas question, Monsieur, je vous l’offre ! Je sais que jamais je ne pourrai m’acquitter de la dette que j’ai envers votre fils.
Le père accrocha le tableau dans l’entrée au-dessus de sa cheminée. Chaque fois qu’il avait des visiteurs, il leur montrait le portrait de son fils avant même de leur montrer sa collection de chefs-d’œuvre.
À la mort du père, on publia un avis informant le public que sa collection d’œuvres d’art serait mise aux enchères. De nombreuses personnalités et amateurs d’art fortunés vinrent assister à la vente, chacun espérant acquérir un ou plusieurs chefs-d’œuvre de la collection. Sur un chevalet près de l’estrade, on avait placé le portrait du fils. Le commissaire-priseur abaissa son marteau.
― Nous allons démarrer les enchères avec ce portrait du fils. Quelqu’un veut-il faire une offre pour ce portrait ?
Silence. Puis, du fond de la salle, quelqu’un s’écria :
― Nous voulons voir les tableaux des maîtres ! Est-ce qu’on pourrait sauter celui-là ?!
Imperturbable, le commissaire-priseur répéta sa question :
― Quelqu’un veut-il faire une offre pour ce portrait ? Les enchères commencent à 100 dollars. Y a-t-il preneur à cent dollars ?
― Nous ne sommes pas venus voir ce portrait. Nous sommes venus pour les Van Gogh et les Rembrandt. Procédons à la vraie vente maintenant ! s’exclama quelqu’un d’autre sur un ton d’impatience.
Le commissaire, toujours impassible, renouvela sa question :
― Le fils … y a-t-il preneur pour le fils ?
Finalement une voix se fit entendre du fond de la salle. C’était le jardinier qui avait été longtemps au service de la famille :
― Je suis preneur pour dix dollars !
Il avait un peu honte de proposer une somme aussi dérisoire, mais c’est tout ce que le pauvre homme pouvait se permettre.
― Nous avons preneur à 10 dollars. Qui dit 20 dollars ?
― Donnez-lui le tableau pour 10 dollars. De grâce, passons aux tableaux des maîtres !
― L’enchère est à 10 dollars … qui dit 20 dollars ?
Le public commençait à perdre patience. Ils n’étaient pas venus pour ce portrait.
― 10 dollars une fois … dix dollars deux fois … adjugé, vendu ! déclara le commissaire-priseur en frappant la table de son marteau.
― Bon ! Maintenant j’espère qu’on va pouvoir passer à la collection ! s’écria un homme assis au premier rang.
Mais le commissaire posa son marteau et annonça :
― Mesdames et messieurs, la vente aux enchères est maintenant terminée.
― Comment ça terminée ? …. et les tableaux ?
― Je regrette, mais la vente est terminée. Lorsque cette vente m’a été confiée, j’ai pris connaissance d’une clause secrète figurant dans le testament du propriétaire, clause que j’étais tenu de ne pas révéler jusqu’à cette heure : seul le portrait du fils serait mis aux enchères. Le testament stipulait que la personne qui l’achèterait hériterait de tous les biens du propriétaire y compris les tableaux de grands maîtres. La personne qui a pris le fils hérite de tout !
Le Fils de Dieu est mort pour nous il y a deux mille ans. Comme le commissaire-priseur, Dieu nous pose la question : Qui veut du fils ? Car voyez-vous, celui qui prend le Fils héritera de tout !

― Auteur inconnu.











Pourquoi un Chrétien a-t-il besoin d’une armure à notre époque ?
La vérité est toujours la vérité
Les hommes de la montagne
Qui suis-je, dis-moi ?
Pensées sur la Poésie
[ Voir tous mes pps ]




L’œuvre de Mes Mains
La langue
La destinée
L’être Divin
L’Etoile brillante du matin
[ Voir tous mes poeme ]


Quand un homme aveugle pleurs !
Quel talent pour son âge !
Tamta Khukhunaishvili enchante le public !
Jésus pleura 3 fois
Un conte de fées ?....
[ Voir tous mes belleschoses ]






Mon premier Noël au ciel

(Ce poème a été écrit par un garçon de 13 ans décédé le 14 décembre 1997 d'une tumeur au cerveau contre laquelle il s’était battu pendant quatre ans. Il l’avait offert à sa mère avant de mourir)

Je vois d’innombrables arbres de Noël
Tout autour du monde d’en-bas
Et de minuscules lumières, pareilles aux étoiles du ciel,
Miroitant sur la neige.

La vue est spectaculaire,
Essuyez vos larmes, s'il vous plaît.
Car cette année,
Je passe Noël avec Jésus-Christ.

J'entends les nombreux chants de Noël
Que les gens chérissent
Mais cette musique ne peut se comparer
A la chorale de Noël ici.

Je n'ai pas les mots pour dire
La joie que leurs voix m’apportent,
C'est une joie indescriptible,
Que d'entendre chanter les anges.

Je sais à quel point je te manque,
Je vois la douleur que tu ressens.
Mais je ne suis pas bien loin,
Nous ne sommes pas vraiment séparés.

Soyez heureux pour moi, mes chers amis,
Je sais que vous m’aimez.
Alors réjouissez-vous que je passe Noël
Avec Jésus-Christ cette année.

Je vous ai tous envoyé un cadeau spécial,
Du haut de ma demeure céleste.
Je vous ai envoyé à chacun un souvenir
De mon amour éternel.

Après tout, l'amour est un cadeau
Bien plus précieux que l'or pur.
L’amour était toujours suprême
Dans les histoires racontées par Jésus.

Aimez-vous les uns les autres,
Comme l'a demandé mon Père.
Car les bénédictions et l'amour
Qu’Il a pour chacun de vous sont immense.

Je vous souhaite un Joyeux Noël
Et s’il vous plait séchez ces larmes.
Rappelez-vous, je passe Noël
Avec Jésus-Christ cette année.

—Ben



sois_un_ami a 74 ami(e)s


Aucun ami commun





CLIQUEZ ICI POUR AJOUTER UN COMMENTAIRE DANS MA PAGE

Retour à la liste des nouveautés



*** Ma Planète ***