ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
Angerose
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 



Visionner 1 - 7 de 7 Blogues.


Pape François
Ajouté le 03/20/2013 10:21:04

petit normal grand: « Un prénom est une force endormie sur le crâne du nouveau-né » Christian Bobin

 

Entretien avec Christian Bobin, écrivain, auteur de « Le Très-Bas » (1992) – Grand prix catholique de littérature.

 

 

15/3/13

 

 

La-Croix  . Comment avez-vous réagi, vous, l’auteur du  Très-Bas,  livre de ferveur autour du message de François d’Assise, quand le nouveau pape est apparu, avec ce prénom, François?

 

 

Christian Bobin: J’ai vu la place Saint-Pierre et le balcon. J’ai vu ce rideau de feu s’ouvrir, la croix venir comme une contradiction absolue à toutes les décompositions de ce monde. Et j’ai vu l’homme. J’ai su sa force en apprenant que son premier geste de pape avait été de choisir ce prénom, François, resté intouché par tous les papes pendant des siècles. C’est un retour aux sources brûlantes de l’Église.

 

 

Malgré son âge, malgré son poumon en moins, malgré toutes les fatigues et les lourdeurs, je vois un homme neuf, vivant, qui, déjà, me touche profondément. C’est un homme qui aime la pauvreté, qui a souvent visité les bidonvilles de Buenos Aires. Je me dis qu’il doit connaître l’adresse du Christ mieux que nous…

 

 

 Je crois savoir qu’il s’est adressé à ses frères les cardinaux en leur disant qu’il importait de « purifier l’Église ». C’était aussi le travail de François d’Assise. Son premier discours, admirable, était pénétrant de douceur, de clarté et de fermeté. Ces paroles d’entrée et de conclusion (« Bonsoir », « Bonne nuit, prenez soin de vous, reposez-vous») étaient paternelles. De pauvres paroles en or que l’on prononce à ceux qu’on aime.

 

 

La simplicité radicale de ses paroles annonce peut-être quelque chose de révolutionnaire. Comme toujours avec la vraie simplicité du cœur.

 

 

Que pensez-vous du choix   de ce nom de pape? 

 

 

C. B.: Un prénom est une force endormie posée sur le crâne du nouveau-né. Très souvent, les personnes ressemblent à leur prénom qui leur donne une orientation inconsciente, comme clandestine. L’homme qui vient de naître sous nos yeux, puisque c’est naître que de prendre un autre prénom, est déjà poussé par le choix qu’il vient de faire lui-même.

 

 

Ce pape François dégage une autorité que nous découvrirons peu à peu. J’ai souri en voyant cet homme réussir, par une prière, à imposer le silence à toutes les télévisions du monde. Ce sourire est resté longtemps en moi.

 

 

L’humilité patente de son discours et de ses premiers gestes n’est pas contradictoire avec une grande force. Le message de François d’Assise demeure le rêve d’une fraternisation avec d’autres civilisations. C’est aussi le rêve d’une langue si juste qu’elle se hisse immédiatement au sommet de la poésie. 

 

 

Le Cantique des Créatures de François d’Assise est l’un des plus beaux joyaux de la poésie de tous les temps. N’oublions pas qu’il tutoie sa sœur la mort à la fin.

 

 

N’oublions pas non plus ce langage ouvert aux animaux, aux éléments, au ciel, ni cette manière de tout rassembler, le murmure du tremble, le petit cri de panique d’une buse qui s’envole à notre venue, la prière désespérée pour les pauvres et les enfants. Il est heureux qu’un pape prenne ce nom-là. Comme s’il relevait un défi. Comme s’il relançait la partie.

 

 

Quelle est, pour vous, l’actualité de ce prénom et le présent de l’héritage de François d’Assise? 

 

 

C. B.: Parce que nous avons souillé la matière, oublié le trésor qui est mis dans notre poitrine, parce que nous ne savons plus ni ce que nous faisons, ni ce que nous disons, la sagesse de François d’Assise est d’une très grande actualité. Cette clarté, cette douceur,cette insouciance par rapport à toute carrière…

 

 

Jamais nous n’avons eu autant besoin de la profonde liberté incarnée par cet homme qui a écrit, à sa façon, un cinquième évangile. Nous n’avons jamais été aussi près de ces aspirations, parce que nous en sommes terriblement loin.

 

 

Le monde contemporain est-il prêt à l’entendre?

 

 

C. B.: Pas plus aujourd’hui qu’il y a deux mille ans. Pourquoi serions-nous meilleurs que ceux qui vivaient sous l’Empire romain? Mais certaines paroles, certains visages transpercent l’épaisseur du monde. Des gestes et des mots, comme des javelots, traversent le vieux cuir de la vieille bête.

 

 

 Il y aura des résistances. Mais on dirait qu’un guerrier vient d’apparaître, casqué par un prénom en or. On peut s’en réjouir et espérer que les luttes tourneront davantage à l’avantage de nos âmes.

 

 

Quel est, pour vous, le plus urgent ou le plus déterminant dans l’héritage du saint d’Assise?

 

 

C. B.: Le plus urgent est d’arrêter de compter les sous que nous n’avons pas et de penser à des choses plus sérieuses, plus déterminantes pour nos vies. Chacun n’est pas appelé à aller sur les routes. Chacun ne peut tout quitter d’un seul coup. Mais chacun peut s’arracher au sinistre économisme qui n’arrête pas de répéter que la vie, c’est avoir de l’argent. Rompre avec cette logique, au moins par la pensée, la parole, la méditation, la lecture, la réflexion, la prière, est une nécessité et une urgence franciscaines.

 

Recueilli par JEAN-CLAUDE RASPIENGEAS

 


Li lion prépare le guerre
Ajouté le 03/19/2013 12:31:38

La guerre étant déclaré entre les animaux et les oiseaux, le lion ordonna à ses sujets de se rendre à son camp.

Parmi un grand nombre d'animaux qui obéissent aux ordres de leur roi, des ânes et des lièvres se trouvèrent au rendez-vous.

Chaque animal offrit ses services pour la guerre: l'éléphant devait porter les bagages de l'armée, l'ours entreprit de faire les assauts, le singe promit d'amuser l'ennemi par ses tours.

''Renvoyez les ânes, dit le cheval, ils sont trop lourd. Renvoyez aussi les lièvres, ils sont sujet à des terreurs paniques.''

Point du tout, dit le roi des animaux, notre armée ne sera pas complète sans eus.

Les ânes nous servirons de trompettes et les lièvres nous servirons de courriers.

 

Dans la politique, il n'y a point de membres qui ne puisse être utile.

Un homme de bon sens sait tirer avantage de tout.

 

 

 


Ne va pas croire
Ajouté le 03/18/2013 10:07:44

Ne va pas croire mon ami, que la réussite de l'homme se mesure à Lamarque du vêtement porté ou à la puissance de la voiture flambant neuve!

 

Ne va pas croire mon ami, que la valeur de l'homme se mesure à la fonction social ou au nombre de titres collectionnés.

 

Pourtant, me diras-tu, ''pourtant...la vie! semble plus facile pour qui a une bonne situation, non?...''

 

Peut-être...mais...mais est-il heureux celui qui sait reconnaître le bonheur, au delà des apparences, dans la profondeur des relations où se révèle l'amitié partagée avec son prochain!

 

Mon ami, que reste-t-il de la vie ou tout s'effondre à tes pieds, s'il ne reste l'amitié.

 


La peur
Ajouté le 03/18/2013 09:24:49

Faire peur.

Avoir peur.

Envahi par le peur.

 

Qui n'a pas peur dans la vie?

 

Qui un jour, un soir, une nuit, n'a pas éprouvé une peur à l'intime de ses entrailles, peur de l'extérieur, peur d'un bruit saccadé entendu, peur de vu en rêves, du venu de l'imagination, peur d'un souvenir, peur d'un lointain passé.

 

Des peurs ressenties pendant les jeunes années, en ces temps reculés où l'éducation, la formation avait pour assise le peur. Qui se rappelle ces blancs vêtu, attendant la sanction d'une joie ou d'une punition exprimée ou manifestée trop librement. Quelles traces demeurent même sous l'oubli des ans!

 

Des agirs quotidiens n'ont-ils pas leur source dans les peurs du jeune âge?

Combien peuvent dormir s'il n'y a pas une loupiole quelque part pour éclairer ses ''rêves...''

Qui devant un plat inconnu, hésite à prélever même un tantinet, on ne sait jamais...

Que de fois le jour ne regarde-t-on pas ses mains, elles ont tant de points où peuvent se loger les microbes...

Quand approche l'heure ou l'on sent un creux à l'estomac qui ne pense à ce qu'il pourra déposer dans sa gamelle...

Quelle palpitation avant la vérification du tiroir réfrigéré, l'absence de fruit ne fait défaut...

Pour plus d'un la peur d'avoir peur est toujours présente...

Sans peur d'avoir peur cheminons dans la joie. Voilà le souhait que je vous livre en ce jour d'hui

 

 


Hier
Ajouté le 03/17/2013 16:45:04

Hier,

Tu appartiens en ma mémoire, tel un présent, n'étais-tu pas un devenir, un lendemain qui devin d'un matin d'un aujourd'hui?

 

Au loin les choses se prêtaient à réaliser en tes heures de veille, je ferai, j'observerai, je commencerai, je veillerai, j'aiderai, je mettrai fin je commencerai. J'allais oublier: je vivrai.

 

C'est vrai, quand tu fus le présent, ai-je vécu? ai-je eu conscience de vouloir vivre pleinement cet instant de vivre pleinement cet instant qui m'était donné gratuitement?

 

Noue avons cette l'image d'une plénitude présente dans l'instant de vie à vivre ce qui doit être au moment vécu.

 


Les 10 commandements des relations humaines
Ajouté le 03/17/2013 15:53:50
  1. Parlez aux gens: un mot de bienvenue où une parole agréable égaieront la pire journée.
  2. Souriez aux gens: il faut 72 muscles pour froncer les sourcils et seulement 14 pour sourire.
  3. Appeler les gens par leur nom: rien ne fait plus plaisir que de se faire appeler par son nom.
  4. Soyez sympathique et serviable: si vous voulez avoir des amis, soyez amical: si vous voulez vous faire aider, soyez serviable à votre tour.
  5. Soyez cordial: parlez et agissez comme si tout ce que vous faites était un véritable plaisir.
  6. Soyez intéressez aux gens: vous pouvez aimer tout le monde, si vous essayez. 
  7. Attention aux sentiments des autres: cela sera apprécié et vous reviendra éventuellement.
  8. Soyez généreux aux éloges: mais soyez prudents dans vos critiques.
  9. Respectez les opinions des autres: il y a généralement trois côté à une contreverse: le vôtre, celui des autres personnes et le bon.
  10. Soyez prêt à rendre service: dans la vie, celui qui compte le plus c'est ce que vous faites pour les autres, et la façon de le faire, ne vous demandez jamais: qu'est-ce que ça donne? 

   


À toutes les Èves
Ajouté le 12/11/2009 08:36:56

À toutes les Èves 

 

Ce matin là tout était accompli
La nature toute fraîche s’égayait
Au rythme des caresses du soleil

Dans la vaste d’Éden
Volait papillons et hirondelles
Plus loin dans un reflet d’arc en ciel
Dorades et tilapias faisait mille et une carrioles

Oui tout était accompli ou presque
Car dans ce cadre idyllique
Adam l’âme en peine errait ça et là
À la quête du pourquoi de son mal être

Il avait tout pour être heureux
Mais au fond il éprouvait un vide
Se sentir si seul un dans ce paradis d’Éden
Transforme ce dernier en prison

Oh ! Seigneur j’ai tout et pourtant…
Je suis à ton image mais toutefois…
Je tire derrière moi un boulet de solitude
Est-ce là ma destinée pour l’éternité ?

Pauvre Adam, errant qui se trainait
Envieux du bonheur des créatures inférieurs
Qu’il avait lui même nommés

Dès lors Dieu vint à son secours
Devant son immense désarroi
Il le plongea dans un grand sommeil

A son réveil, il n’en crut pas ses yeux
Pràs de lui un être si semblable et si différent
Si fragile mais si gracile, belle merveille
Lui souriant de ses belles dents éclatantes

Oh Dieu ! Est-ce là ma moitié ?
S’écriât-il celle qui est issu de moi ?
Oh ma belle ! Ève tu t’appelleras
À toujours mon amour te comblera

Ainsi aujourd’hui la femme demeure
Le point d’orgue de la création
Celle qui engendre vie et amour
Et dont les formes rappellent la vallée d’Éden

Parfois méprisé, toujours violenté
Elle n’en demeure pas moins aimante
A toi femme du monde
Femme aimée, femme brisée
Femme de la terre femme pour Christ

Ces quelques mots de reconnaissance
Cette simple fleur de consolation
Cette prière d’action de grâce
Pour cet amour infini et sans réserve
Qui comme une source d’eau
Coule, coule et arrose les cœurs secs et arides

Pour ta tendresse et ta bonté
Ta délicatesse et ta grâce
Pour tes larmes versées dans le noir
Pour tout ce qu’on te doit aujourd’hui
Merci

 

Mots-clés: Femme





*** Ma Planète ***