ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
Cendrillon
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 



Visionner 1 - 9 de 350 Blogues.


Page:  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Prochain >  Dernier >>


Entre Rêve et Réalité
Ajouté le 02/23/2013 17:52:22


La vie va son chemin entre rêve et réalité.
Mille fois tu t'es inventé des rêves
pour fuir la réalité.
Mille fois tu t'es cogné le nez,
car tes rêves étaient éphémères.

Tu rêves d'être riche et tu as raison,
car dans la réalité tu peux l'être,
riche de tendresse pour les autres,
riche de bonté et de gentillesse.

Tu rêves d'être beau et tu as raison,
car dans la réalité tu peux l'être,
beau comme un geste de partage,
beau comme un sourire
qui illumine le visage de tes frères.

Tu rêves d'être jeune éternellement
et tu as raison,
car dans la réalité tu peux l'être
jeune comme quelqu'un qui se lève
chaque matin avec l'envie
d'apprendre, de s'émerveiller.

Tu rêves d'être une star et tu as  raison,
car dans la réalité tu peux l'être
auprès de tes enfants, chaque jour,
en essayant d'être présent
à leurs soucis, à leurs questions.

Tu rêves d'être le meilleur et tu as raison,
car dans la réalité tu peux l'être
en ouvrant ton coeur aux cris
qui montent de la terre des hommes.

Tu rêves d'être puissant et tu as raison,
car dans la réalité tu peux l'être
en ouvrant tes mains pour donner
à celui qui est dans le besoin.

La vie va son chemin entre rêve et réalité...
Accroche tes rêves dans la réalité,
ils changeront ta vie...

(Luc Stein)







Sous le signe des cendres
Ajouté le 02/15/2013 17:36:47



Sous le signe des cendres

Le matin, il ne reste
que cendres de ces bûches déposées
la veille dans la cheminée.
Et voilà que cela nous ramène
à des vérités toutes simples.

Elles peuvent nous accompagner
tout au long de ce temps du Carême qui,
justement, commence sous le signe des cendres.
Des cendres, comme pour tirer un trait
sur ce qui était et qui maintenant n'est plus.
Des cendres, comme des souvenirs
d'une ancienne vie... ou plutôt
comme le point de départ d'une nouvelle vie.

Il est venu le temps pour apprivoiser le silence.
Au milieu des des discours et des mots,
les uns plus pompeux que les autres,
les uns plus mensongers que les autres,
les uns plus méprisants que les autres,
il est temps de crier : stop !
Si seulement on savait parler
pour dire, juste ce qu'il faut.
Si seulement on savait parler,
juste pour faire grandir l'autre.

Il est venu le temps
pour cheminer vers la lumière.
A force de nous contenter
de nos rancunes, de nos colères,
de nos méchancetés, de nos faiblesses,
nous risquons de rester là le regard fixé au sol,
alors que la lumière s'éloigne à l'horizon...
Cette lumière qui nous tend, à tous,
ses bras si nous en voulons vraiment.

Il est venu le temps de méditer
sur l'éphémère de la vie.
Ce qu'on bâtit aujourd'hui,
demain qu'en restera-t-il ?
Bâtir oui, mais sur du solide,
sur tout ce qui permet aux hommes
de se parler, de s'entendre, de se respecter.

Il est venu le temps
de se rendre compte de notre petitesse.
Que sommes-nous ? Rien ou presque.
Mais ce que nous sommes peut apporter
beaucoup à ce monde si nous savons
rester détachés du superficiel,
si nous prenons conscience
que les petites choses, les petits gestes,
sont peut-être essentiels.

Il est venu le temps pour mettre
l'amour au coeur du quotidien.
Tout ce qui va à l'encontre
de l'amour éloigne de la vie.
L'amour permet tous les recommencements.

Il est venu le temps pour mieux
couvrir la grandeur de Dieu.
Et cette grandeur passe d'abord par
les ombres de la mort... pour mieux renaître.

Le carême commence sous le signe des cendres.
Le vieux monde n'est déjà plus...
Il est venu ce temps où un nouvel avenir
commence à s'écrire...

(Luc Stein)






Un cadeau merveilleux
Ajouté le 01/10/2013 19:03:55

Un cadeau merveilleux

Pour ces poumons qui respirent,
pour ce coeur qui bat,
pour ces regards, ces sourires,
pour le moindre geste, le moindre pas.

Pour toute cette vie en moi,
à chaque minute, à chaque seconde,
pour toute cette vie en lui,
l'inconnu, le passant, l'ami.

Pour ce miracle quotidien qui n'étonne plus,
pour ce cadeau merveilleux qui n'éblouit plus.
Pour ta bonté sans cesse renouvelant la vie,
pour ton amour sans cesse multipliant la vie.

Pour cette vie,
et la vie que tu nous as promise,
nous marchons vers Toi,
et te disons : Merci !

(Carrefours d'Alsace - Janvier 2013)




Courage
Ajouté le 12/02/2012 11:07:35

Lorsque le coeur
sombre dans le désespoir,

souvenons-nous de ceux qui offrent
leur amour aux malheureuses victimes,
qui leur construisent des abris,
qui leur donnent à manger,
qui pansent leurs blessures
et soignent leurs maladies.

Qui sont des mères pour les enfants.
Qui donnent l'espoir d'un nouveau départ.
Des pires horreurs naît un courage
au-delà de toute expression.

Il suffit de si peu pour que
les enfants réapprennent à rire
et ceux qui prennent soin d'eux
en tirent une joie telle qu'elle parvient
à effacer les difficultés endurées.

(Odile Dormeuil)





Mère Courage
Ajouté le 11/03/2012 21:09:32

Mère Courage

Avec chacune des catastrophes
qui sont le fait des hommes ou de la nature,
on voit surgir les femmes,
rassemblant ce qui peut être sauvé,
les enfants égarés ou blessés,
ceux qui sont perdus,
ceux qui n'ont plus rien,
les fragments d'une société brisée.

Elles traversent sans peur les champs de bataille,
pour retrouver les leurs.
elles pleurent sur les pierres renversées
par les tremblements de terre
ou noircies par le feu.
Elles reconstruisent, au milieu des oliviers
comme dans les sables du désert.

*******

A l'écart de la destruction,
les femmes installent
des petites plages de sécurité,
laissant ces quelques fragments
symboliser le tout.
Ici une maison, construite de cartons.
Ici une cuisine, improvisée
avec des bidons rouillés,
là un berceau fait d'un nid de chiffons.

La terre tremble,
le typhon balaye les villages,
les conflits ravagent le paysage,
le cruel barbelé sépare.
Mais les femmes s'accroupissent près du feu,
et enveloppent les enfants de leur châle.

Elles ont trop souffert en donnant la vie
pour baisser les bras aussi facilement ;
elles ne raisonnent pas en termes
de statistiques et la mort d'un enfant
ne leur apparaît pas comme une nécessité.

(Odile Dormeuil)




Mots-clés: Cendrillon


La douce fraîcheur
Ajouté le 09/06/2012 16:12:21

La douce fraîcheur

La fin du mois d'août
avec ses journées de grande chaleur,
nous a permis d'apprécier après coup,
les journées agréables
du mois de juillet chez nous.
La fraîcheur des nuits
favorisait le repos et la détente.

Quelques jours de canicule ont permis
de retrouver la saveur de l'eau fraîche.
Ici elle est potable au robinet.

Sachons évaluer à leur juste valeur
les dons que la nature nous offre.

Ne soyons pas étonnés quand
des visiteurs étrangers s'exclament :
"Quoi ! vous prenez une douche,
avec de l'eau potable ?"

C'est vrai que
je ne m'en étais jamais rendu compte.

(Anonyme)





Mots-clés: Cendrillon


Repartir...
Ajouté le 09/04/2012 17:28:05

Repartir...

Repartir comme si c'était un nouveau matin...
Et c'est beau un matin, parce que la lumière
tout doucement habille la terre.

Et c'est fragile un matin,
parce que la journée commence à se dessiner
et parfois on ne sait pas qui s'imposera
du soleil ou des nuages.
Et c'est tellement excitant un matin,
car tout reste à inventer, construire, à créer.

Repartir comme si la vie venait de naître...
Et tant pis pour tous ces instants ratés,
pour tous ces rendez-vous manqués,
pour toutes ces paroles maladroites.

Et tant pis pour toutes les nuit traversées
sans la moindre petite étoile pour se repérer,
pour tous les espoirs évanouis
dans la réalité du quotidien.

Et tant pis pour le coup d'arrêt devant cet
obstacle devenu une montagne infranchissable,
cet obstacle qui a raison de la force
de caractère et du courage.

Repartir comme s'il fallait emprunter,
pour la première fois une route
qu'on a l'impression de reprendre 
pour la centième fois,
parce que la vie est faite de répétitions...

Repartir, toujours repartir...
Et c'est à nouveau la rentrée
qui se profile à l'horizon.

Une rentrée comme un mot fin sur une période de
 vacances qu'on attend avec impatience
et qui passe toujours si vite.

Une rentrée comme une histoire qui commence
et qui reste à écrire avec des mots qui
sentent bon l'amitié, la joie de vivre,
le bonheur d'apprendre.

Une rentrée comme un nouveau monde
qui a besoin de nos mains, de nos espoirs,
de nos rêves les plus fous pour voir le jour...

(Luc Stein)



Mots-clés: Cendrillon


Tu te souviens ?
Ajouté le 09/04/2012 17:27:49

Tu te souviens ?

Les vacances et les retrouvailles en familles
favorisent l'usage de cette petite phrase.
Mais je connais un lieu dans lequel
elle résonne tout particulièrement.

Je veux parler d'une de ces maisons
transmises de génération en génération.
Les volets clos durant l'année,
elle se réveille en été à l'heure des vacances.

Lorsque vous en ouvrez la porte,
c'est d'abord l'odeur de moisi
qui vous saisit à la gorge.

Imaginez :
une maison restée fermée pendant dix mois !
Les toiles d'araignées, la poussière...
Et cette heure arrêtée au cadran de l'horloge !

"Tu te souviens,
nous étions partis plus tôt l'an dernier ?"

"Tu te souviens, quand il y avait
l'essaim d'abeilles dans la cheminée ?"
"Et la chauve-souris sous ton lit ?"

Surgit alors un cortège d'émotions
que l'on croyait oubliées.

Le temps qui est vécu ici est un temps à part.
Un temps qui reprend chaque année
après un intermède de plusieurs mois.

Et c'est comme si tout ce qui s'était passé durant
cette interruption se trouvait entre parenthèses.
Ce temps là a une force.
Une force qui vient de loin.

Depuis ma naissance,
chaque année je suis venue ici
ne serait-ce que quelques jours.
Un repère stable dans une vie
qui l'a moins été.

"Elle a une âme"
Et puis dans cette maison
il y a bien longtemps ont vécu des gens.
Des gens qui sont mes ancêtres.
Sans chauffage central, ni douche,
ni télévision, ni portable.

Les plus anciens de la famille
aiment à nous en raconter
l'histoire tissée de joies et de drames,
mais aussi de courage et d'acceptation.
Une histoire dans laquelle la foi a toute sa place.

Me voici dans les mêmes murs
avec des objets qui leur ont appartenu
et qui ont traversé les âges.
"Tu te souviens ?"
Déjà un goût d'éternité !

Aujourd'hui cette maison m'appartient.
Ceux qui y viennent sont parfois sensibles
à l'atmosphère qui s'en dégage.
"Elle a une âme" disent-ils.

Ils reviennent et un beau jour
à leur tour prononcent la petite phrase.
"Tu te souviens ?"

C'est alors qu'ils entrent dans la ronde de ceux
qui ont besoin de partager et de transmettre
un vécu pour donner force et sens au présent.
Heureux sont-ils en cette veille de rentrée !

(Marianne Prigent)


Mots-clés: Cendrillon


Le soleil de l'été
Ajouté le 08/25/2012 17:54:19

Le soleil de l'été

Il est malin,
il est grand le soleil de l'été.
Il traverse, sans se reposer,
l'immense espace vide des cieux.
Pendant les jours bleus, lumineux,
plus forts que la pluie et l'orage,
il fait pleuvoir ses rayons.

Nous avons fermé les volets de la maison
pour lui garder sa fraîcheur.
Mais lui, trouve toujours un petit trou, une fente
pour y glisser silencieusement
ses longs doigts dorés.

Il répand dans les jardins
son visage chaud, brillant de lumière.
Il glisse son regard malin
jusque sous les noeuds du lierre.

L'air décidé et l'allure vive,
il fait le grand tour des collines.
Et, pour faire plaisir aux enfants,
fait éclater le coquelicot,
la marguerite ou le bleuet.
Tout à la joie de sa ronde.
Ainsi va le grand jardinier du monde.

(d'après Robert-Louis Stevenson / 1850-1894)



Mots-clés: Cendrillon




Page:  1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Prochain >  Dernier >>



*** Ma Planète ***