ENVOYER À UN AMI | CLAVARDAGE | SIGNET | GUIDE D'AIDE
MA PLANÈTE

Bienvenue, identifiez-vous ou inscrivez-vous !

Ma Planète c'est une place pour publier par passion, pour le plaisir, et pour le partage!! Après si c'est vu et commenté c'est tant mieux.

Partagez cette page avec :
fleurdemai
PROFIL   MES PHOTOS   MES BLOGUES   MON LIVRE D'OR   MES AMIS   MES FAVORIS   MESSAGES DANS TOUS LES LIVRES D'OR DE VOS AMIS   MES PPS   Mes pps préférés   MES BLAGUES   MES BELLES CHOSES   MES POEMES   MES VIDÉOS   MES RECETTES   MES RECETTES PRÉFÉRÉES  
 
RSS
Que se passe-t-il dans notre corps lors d'un rhume ?
Ajouté le: 12/20/2018 02:24:15

 

Le rhume est une infection très fréquente, causée par un virus, qui affecte le nez et la gorge, dont la durée moyenne des symptômes est de 11 jours. Une fois que le virus nous a atteints, que se passe-t-il et pourquoi ?

 

1

ATCHOUM 

Pourquoi éternue-t-on ?

Les narines sont tapissées de poils et de mucus qui captent les indésirables pour les empêcher de passer dans le reste des voies respiratoires. 

Nous éternuons lorsque des irritants pénètrent dans nos voies respiratoires, outrepassant la barrière des poils du nez. Lorsque le virus du rhume réussit à passer cette ligne de défense, nous éternuons pour expulser l’intrus.

La fonction de l'éternuement est donc de nettoyer le nez de tous les intrus qui s'y trouvent.

2

Prévoyez vos mouchoirs

Pourquoi se mouche-t-on ?

La muqueuse nasale sécrète, grâce à de petites glandes, un liquide épais et collant : le mucus. 

 

Son rôle est d’humidifier et de réchauffer en permanence l’air inspiré, et, nous l’avons vu, d’empêcher les intrus de passer dans le reste des voies respiratoires. 

En temps normal, ce mucus est évacué dans l’arrière-gorge puis passe dans le tube digestif.

Mais le virus du rhume apprécie particulièrement ce milieu chaud et humide et en profite pour se multiplier dans la muqueuse nasale.

La muqueuse va alors gonfler et la production de mucus va augmenter pour tenter d’évacuer le virus. On a alors le nez qui coule.

L’inflammation de la muqueuse va ensuite entraîner un rétrécissement des tuyaux d’évacuation qui va rendre difficile l’évacuation du mucus, c’est alors que le nez se bouche.

3

Pourquoi perd-on le goût ?

En cas de production excessive de mucus, les cellules olfactives ne peuvent plus jouer leur rôle. C’est pourquoi on perd le goût et l’odorat quand on est enrhumé.

Car pour différencier les saveurs, il faut compter sur le nez et ses neurorécepteurs olfactifs, présents sur une petite surface des cavités nasales. Mais lorsque les muqueuses sont encombrées de mucus, cela empêche les molécules odorantes de rencontrer les neurorécepteurs olfactifs, la transmission d’informations au cerveau, chargé d’identifier l’odeur, ne se fait plus.

 

4

Pourquoi a-t-on mal à la gorge ?

Quand des virus ou des bactéries attaquent l’intérieur de la gorge, le corps se défend. Il s’ensuit une inflammation, qui rend la gorge douloureuse et entraine une difficulté à déglutir.

Le mucus qui s’écoule dans l’arrière-gorge au lieu de s’évacuer par le nez et les narines vient également irriter la gorge et provoque une toux plus ou moins grasse, réflexe de notre corps pour évacuer ces sécrétions.

5

Pourquoi est-on fatigué ?

Lorsqu’on est malade, la baisse de régime s’explique par la lutte entre notre système immunitaire et le virus responsable de l’infection.

Ce combat contre la maladie mobilise les réserves de notre corps.

C’est pourquoi il est nécessaire d’adopter une alimentation saine pour aider votre système immunitaire.

 

6

Pourquoi a-t-on de la fièvre ?

Lorsqu’on est enrhumé, il arrive parfois qu’on ait une légère fièvre.

 

La fièvre à un rôle d’indicateur et de protecteur.

Nous l’avons vu, lors d’une infection, le système immunitaire déclenche une série de réactions de défense. La fièvre en fait partie.

Ce symptôme permet à l’organisme de lutter contre les agressions causées par le virus, en augmentant le nombre de globules blancs. Ils pourront alors produire une plus grande quantité d’anticorps et être ainsi plus efficaces pour combattre la maladie.

C’est pourquoi il est préférable de ne pas s’opposer à ce processus de défense, mais plutôt de le surveiller, car une fièvre non maîtrisée peut également être dangereuse.

7

 

Les traitements médicaux du rhume

Dans la majorité des cas, le rhume disparaît spontanément. Aucun traitement ne permet de se débarrasser plus rapidement du virus. En fait, le traitement vise essentiellement à rendre le rhume moins pénible en soulageant les symptômes : mal de gorge, mal de tête, congestion nasale. Comme le rhume est causé par un virus et non par une bactérie, les antibiotiques sont sans effet. De plus, aucun vaccin n'existe pour prévenir le rhume puisque, contrairement à la grippe (causée seulement par quelques sortes de virus), plus de 100 virus peuvent être en cause. Il ne reste plus qu’à laisser le temps faire son oeuvre.

A

 

Médicaments

  • Acétaminophène (Tylénol®, Tempra®, Acet®). Ce médicament traite efficacement le mal de tête et la fièvre légère. Il est important de respecter la posologie, puisque l’acétaminophène peut causer des dommages au foie s’il est pris trop fréquemment ou à des doses plus élevées que celles recommandées par le fabricant. Chez les adultes, la dose maximale par jour est de 4 g. Chez les enfants, la dose varie selon leur poids.
  • Les anti-inflammatoires, comme l’ibuprofène (Advil) ou le naproxène (Aleve), peuvent aussi être employés pour soulager la douleur et la fièvre.
  • L’aspirine (acide acétylsalicylique) est contre-indiquée chez les enfants : elle peut causer le syndrome de Reye, une maladie grave.
  • Décongestionnants. Les décongestionnants sous forme de vaporisateurs nasaux (Dristan®, Otrivin®) sont déconseillés chez les enfants, en raison de leur faible efficacité et de leurs effets indésirables. Chez les adolescents et les adultes, ils peuvent être employés durant une période maximale de 3 jours. Un usage prolongé peut irriter les muqueuses fragiles du nez et provoquer une inflammation chronique. Les décongestionnants pris par voie orale occasionnent moins de problèmes. À titre de décongestionnant, on peut aussi simplement utiliser une solution saline par inhalation (voir l’encadré ci-dessous). Pour soulager l’écoulement nasal clair, on peut utiliser l’ipratropium en vaporisation nasale (Atrovent nasal), qui a un effet asséchant, mais qui n’a pas d’effet décongestionnant.
  • Médicaments contre le rhume. De nombreuses marques proposent des médicaments contre le rhume, qui associent généralement un antidouleur de type ibuprofène ou acétaminophène, qui lutte aussi contre la fièvre, et un décongestionnant oral (pseudoéphédrine), parfois sous forme de comprimés jour/nuit. Ces médicaments (Actifed®, Advil rhume et sinus®, Benylin rhume et grippe®…) peuvent soulager les symptômes, mais n’accélèrent pas la guérison et sont déconseillés chez les enfants. Bien respecter le dosage.

  • Et les sirops contre la toux?

    Le rhume s’accompagne parfois d’une toux grasse ou d’une toux sèche. La toux n’est pas mauvaise en soi, au contraire. La toux grasse permet d’expulser les sécrétions. Il n’y a pas de bonne preuve que les sirops contre la toux, qui contiennent par exemple du dextromethorphan ou de la guaiafenesine, soient efficaces.

  • Quelques soins pour améliorer le confort

    Les mesures suivantes sont recommandées par les médecins. Il est préférable de les appliquer dès les premiers signes de rhume ou de refroidissement.

  •  
    • Se reposer beaucoup afin de soutenir le système immunitaire.
    • Boire au moins 2 litres d’eau et d’autres boissons par jour pour ne pas se déshydrater (les boissons chaudes, comme les tisanes et la soupe, apportent beaucoup de réconfort).
    • Pour soulager le mal de gorge, se gargariser avec de l’eau salée tiède plusieurs fois par jour.
    • Pour décongestionner le nez (y compris chez les enfants), déposer quelques gouttes d'une solution saline dans chaque narine.

    Pour faciliter l’application, se coucher sur le dos et incliner sa tête vers l’arrière. Il existe également des vaporisateurs qui facilitent l’application. Nettoyer l’intérieur des narines à l’aide d’un écouvillon (coton-tige). Mettre de nouveau quelques gouttes de solution saline dans chaque narine. Se moucher ou, dans le cas d’un jeune enfant, aspirer le mucus à l’aide d’une poire nasale.

    Cette technique pourrait aussi aider à soulager le rhume des foins2.

    On trouve facilement des solutions salines en pharmacie (par exemple, Salinex®, Hydrasense®). On peut aussi en préparer une soi-même.

    Recette maison de solution saline1
    Dissoudre 1/2 c. à thé de sel dans 8 oz (240 ml) d’eau bouillie et refroidie. Il est bien important de respecter cette proportion, sinon on risque d’irriter les muqueuses du nez. Conserver la solution dans une bouteille propre munie d’un compte-gouttes. Refaire une nouvelle solution tous les 3 jours.

     

  • Prendre des douches chaudes ou des bains chauds.

    - Rester au chaud, mais ne pas surchauffer la chambre à coucher, ce qui assèche l’air et rend la respiration plus difficile.

    - Utiliser un humidificateur au besoin. D’après Santé Canada, il est bon de garder l’humidité des résidences à 50 % durant l'été et à 30 % durant l'hiver (un hygromètre permet de mesurer le taux d’humidité)3.

    Pour soulager une irritation de la peau autour des narines, appliquer un peu de gelée de pétrole sur la zone sensible.

  • Dans le cadre de sa démarche de qualité, Passeportsanté.net vous propose de découvrir l’opinion d’un professionnel de la santé. Le Dr Dominic Larose, médecin urgentiste, vous donne son avis sur le rhume :

    Dans la pratique médicale courante, je vois beaucoup plus rarement des patients qui consultent pour un rhume banal qu’au début de ma pratique il y a 30 ans. Le message passe assez bien : les antibiotiques ne sont pas efficaces, et le médecin ne peut pas vraiment vous aider au-delà de ce que vous pouvez faire vous-mêmes.

    Les patients consultent parfois pour un rhume qui dure plus de 7 jours, alors qu’il n’y a aucun signe de complication. Ils sont surpris d’apprendre qu’une infection respiratoire banale peut durer plus longtemps. La dernière chose à faire est d’alors insister auprès du médecin pour obtenir une prescription d’antibiotiques qui sont parfaitement inutiles, en plus de causer des effets secondaires qui sont parfois graves.

    Le meilleur remède que je recommande à mes « patients » est la … patience!

    Dominic Larose, MD CMFC(MU) FACEP

     



Bookmark:


Retour à la liste des nouveautés

Visionner 1 - 1 de 1 Commentaires


*** Ma Planète ***